Gabon: l’Arena depeint la gouvernance d’Ali Bongo 

La célébration du 12ème anniversaire du Parti de l’ ARENA a été l’occasion pour son président de s’adresser aux populations gabonaises. L’actualité politique marquée par une crise politique, économique et sociale rendue de plus en plus profonde par le changement apporté au mode de scrutin électoral, notamment par l’organisation simultanée de trois élections à savoir,

la présidentielle,

et législatives, et les locales, ainsi que les modifications électorales consécutives à cette décision.

 

Pour les responsables de l’ARENA, cette grave crise relève de la gouvernance hasardeuse du chef de l’exécutif

Ali Bongo et sess différents gouvernements décriés par tous les Gabonais,

notamment les partenaires sociaux

qui revendique régulièrement

et légitimement

leurs droits.

Car ils vivant au quotidien dans des conditions difficiles,

comme le démontre

l’ébullition observée dans le corps social,

démentant les manœuvres dilatoires du PDG, visant à occulter le malaise fortement perceptible dans le pays.

Pointant du doigt l’incapacité du PDG et des partis de la majorité présidentielle à faire un réel bilan du projet « L’Avenir en confiance » et ceux du « programme stratégie Gabon émergent » et du  » plan d’Accélération et de la Transformation » tant vendu par Ali Bongo, Ils dénoncent l’engloutissement de milliers de milliards de francs CFA au cours de ses deux mandats marqués par des promesses non tenues formulées lors des conseils de ministres, de forum divers et des discours à la Nation,les représentants de l’Arena dénoncent de même l’hypocrisie d’Ali Bongo qui, ayant procédé à l’attribution

de la direction des administrations publiques et fonctions stratégiques de l’État aux concitoyens étrangers donnant l’impression d’une incapacité des Gabonais à pouvoir administrer leur propre cité, alimentant de fait

la gabonophobie et

l’idée que le Gabon soit un désert d’intelligence,

viens vers ce même gabonais méprisé par lui leur demander à nouveau leur suffrage pour la présidentielle du 26 août 2023.

pire encore le parti de l’Arena dénonce le culot de ce dernier

de reconnaître son absence sur le territoire pendant 5 ans soit depuis le 24 octobre 2018

, ah mais non du coup

à la Cour constitutionnelle

, au Parlement et au gouvernement

sur le lieu du résidence d’Ali Bongo

durant son absence

dirigeant suprême du pays pendant tout ce temps,

de l’identification de l’usurpateur de l’identité et des fonctions par conséquent du chef de l’Etat gabonais,

et celle des commanditaires de cette usurpation.

rejetant l’idée de l’infériorité du Gabonais face aux autres

un ingéniosité, courage,

probité et la qualifiant comme étant une propagande du système Bongo afin de faire de leurs compatriotes des factotums, le porte-parole de l’Arena a dénoncé la méchanceté des responsables politiques et administratifs, et des autres barons du système de tromperie afin de ne pas confier au gabonais des métiers de responsabilité et non d’assistanat.

Ajoutant que l’offre de l’hospitalité aux étrangers ne devrait donner accès

aux fonctions stratégiques et sacrées de notre pays,

celles-ci étant réservées exclusivement qu’aux autochtones.

le porte-parole de l’Arena

l’absence d’un pays

du rechange pour les Gabonais

le dépouillement de la dignité et la trahison des Gabonais

par Ali Bongo et ses sbires,

et interpelle le couple présidentiel sortant, la maladie du Président Ali Bongo

inspirant plus un sentiment de compassion et de pitié que d’autorité, de respect et de fierté réflété par un chef d’État, mettant ainsi en danger l’institution et l’image de notre pays à l’international.

il exhorte par conséquent

au président sortant à aller se faire soigner et à se reposer. A sa femme, la Cour constitutionnelle, au Conseil Gabonais des Élections et aux étrangers, ainsi qu’aux autres tenants du pouvoir,

à arrêter l’exploitation du président sortant

pour satisfaire leur basse besognes à savoir

l’usurpation du pouvoir et des biens du Gabon, la manipulation des institutions républicaines et des résultats des urnes, des pratiques de satanisme

et de leur méchanceté.

son interpellation est allée aussi à l’adresse des religieux et des candidats de l’opposition, au peuple gabonais à qui il exhorte respectivement à défendre les

valeurs divines de justice, d’amour et de vérité, et à une candidature unique

comme en 2016, et à lutter pour la défense de la nation.

en ce sens, affirme que le parti de l’ARENA s’inscrit dans l’arrêt immédiat du processus électoral actuel,

dans le rejet d’un troisième mandat pour le président sortant Ali Bongo, dans la déclaration de la vacance de pouvoir, et enfin dans la mise en place d’une période de transition politique de 2 ans durant laquelle il faudrait procéder à une mise à plat des règles de fonctionnement de l’État gabonais.

JIMMY MANDOUKOU 

Franck Charly Mandoukou

Rédacteur en Chef, Journaliste libre et indépendant. Gabon infos,Toute l'information du Gabon. Les dernières actus, la politique, l'économie, la société, la culture, la justice, les faits divers...