Le porte-parole des conseillers Membres de la Commission finance

C’est la nouvelle information qui défraie la chronique à Libreville. Le personnel du CESE viennent de découvrir avec stupeur que les fonds publics décaissés par le Trésor Public à leur institution n’auraient pas été alloués dans leur totalité mais aurait pris une autre destination, puisqu’une grosse partie n’ayant pas encore été perçue par les véritables destinataires . 

En effet, sur les 160.000.000 FCFA destinés aux conseillers Membres de cette institution et débloqué par le Trésor public selon la loi les travaux sur la loi de règlement 2020. Les travaux sur la loi de finance 2023, les bénéficiaires n’ont eu droit qu’au paiement de près de 53.500.000 frs, preuve irréfutable d’un détournement de fonds par le bureau directeur du CESE. C’est d’ailleurs cette idée qui ressort de la rencontre entre les représentants du syndicat des conseillers et du Vice-président de la dite structure sur qui pèse les soupçons de ce détournement au regard, selon eux, de l’acte posé par ce dernier.

Là bas,  les problèmes se multiplient, dû à la gabegie financière entretenue par les responsables de l’institution.  Même le syndicat est monté au créneau pour dénoncer les nombreux maux dont font face le personnel.

Le transport est inexistant, si le personnel souhaite utiliser les vieux bus, ils doivent se cotiser pour acheter le carburant. Autres griefs, l’assurance maladie mise en place par Biyoghe Mba, a été tout simplement interrompue par René Ndemezo’o Obiang.

 » L’on ne sait pourquoi « , s’interroge les membres du syndicat.

L’électricité et l’eau sont coupées au rez de chaussée, l’ascenseur a cesser de fonctionner. L’herbe a envahit le parking. Bref. On n’a l’impression que Ndemezo’o a pour mission de détruire cette institution sur laquelle l’État compte énormément.

Facebook Comments