Cela peut s’apparenter comme un scandale financier qui peut faire monter la grenadine auprès de nombreux parents d’élèves qui tirent le diable par la queue pour scolariser leurs bambins.

Depuis un à deux ans, les élèves de classes intermédiaires des lycées et collèges publics du Gabon n’ont pas droits aux cartes scolaires pourtant, les parents d’élèves s’acquittent à chaque rentrée scolaire des frais inhérents.

Dans les 10.000 FCFA, exigés par la tutelle en guise des frais d’inscriptions, 2000 FCFA sont soustrait pour l’établissement des cartes scolaires. Seulement, triste est de constater que depuis quelques années, les dites cartes ne sont confectionnées que pour les  apprenants en classes d’examens, laissant pour compte ceux  de niveau intermédiaires qui pourtant  au grand désarroi des parents qui s’acquittent pourtant des frais inhérents.

Si seuls les classes d’examens sont prises en compte, que fait-on  de l’argent des élèves de niveau intermédiaires, dont la cagnotte est proportionnelle aux effectifs de chaque établissement.

Les élèves interrogés sur la question, ont affirmés que la situation perdure depuis des années.

« Nous n’avons pas de cartes scolaires, d’ailleurs j’en ai jamais eu depuis que je suis inscrite ici », nous a confié une élève de 4eme dans un lycée de Libreville, ayant requis l’anonymat.

Les Chefs d’établissements interrogés n’ont pas souhaités réagir sur ce « scandale financier ».

Des «détournements » en pointillés sous la barbe de la patronne du ministère de l’éducation nationale, Camélia Ntoutoume Leclerc qui est appelée à la barre pour explication. Car de nombreux parents d’élèves en sont victimes d’une « escroquerie » à grande échelle.

 

 

 

 

Facebook Comments