Alors que les contrôles policiers sont pour l’instant interdits dans le Grand-Libreville par le président de la République, aux fins de combattre le racket dont sont victimes les usagers de la route, des éléments indélicats de la police gabonaise ont repris du service au mépris des ordres de la hiérarchie.

Longuement dénoncé par les usagers, le racket des policiers à persisté et devenu une habitude des forces de l’ordre à travers le pays.

Pour venir à bout de cette pratique, les Chef de l’Etat, avait pris une décision drastique. L’interdiction des contrôles des policiers et gendarmes dans le Grand-Libreville.

Nonobstant, cette interdiction, des brebis galeuses font fi et continuent de raketter au grand jour, notamment à l’ancienne gare routière en passant par Nzeng Ayong, Owendo, Akanda et Ntoum.

Le numéro vert qui avait été mis à la disposition des usagers pour dénoncer les contrôles illégaux (177) n’est plus fonctionnel.

Facebook Comments