C’est la déduction qui se dégage, au terme de nos entretiens avec de nombreux promoteurs immobiliers dont Thieny Demba, Administrateur directeur général (ADG) de Baticom.

« J’ai été contacté en 2015 par le ministre Biendi Maganga Moussavou pour accompagner le projet des 1100 logements de Bikele, ce en pré finançant à hauteur de 5 milliards, dont 2 milliards empruntés à Ecobank, et que j’ai déjà remboursé avec mes fonds propres. J’ai ensuite mis en place mes propres unités de fabrication des briques. Ces unités ont produit plus de 4 millions de briques et acheté en Chine 100 conteneurs de matériaux de finition (carreaux,tôles,baies vitrées, wc ,lavabo etc) », témoigne-t-il.

Un investissement conséquent, qui a permis du reste au promoteur immobilier de construire plus de 1000 logements, et qui serait à « 80% en finition, et deux grands entrepôts de 2500 m2, servant de base vie pour héberger les centaines d’ouvriers devant travailler nuit et jour car le chantier était en retard. « et Je puis vous assurer qu’il n’y avait pas plus de 100 logements. Depuis 2018, ce chantier est à l’arrêt, à cause de l’incompétence du ministre de l’Habitat », accuse-t-il, formel.

« Au lieu de terminer ces logements, il passe plutôt son temps à vendre des hectares », lance Thieny Demba.

Ainsi, pour lui, les manigances d’Olivier Nang Ekomie, le ministre de l’Habitat, seraient sans limites et devraient, pour ainsi dire, être stoppées.

« Je ne suis pas le Directeur Général de l’Agence Nationale de l’Urbanisme et des Travaux Topographiques (ANUTTC), ni ministre de l’Habitat, mais j’ai mis plusieurs milliards pour confectionner plusieurs centaines de titres fonciers pour les populations gabonaises. Le but de cette action visait à leur faciliter les crédits acquéreurs avec les banques pour la location vente d’un logement qu’il remboursait sur 10 à 15 ans et pouvoir laisser à leurs enfants un titre foncier individuel », soutient le promoteur immobilier, découragé dans sa perspective d’accompagner le président de la République dans son projet de loger les Gabonais.

« Ce projet a été tout simplement bloqué par le ministre de l’Habitat, Olivier Nang Ekomie », accuse-t-il.
Autre fait majeur, outre Olivier Nang Ékomie, le patron de BATICOM accuse également Ernest Mpouho Epiga d’avoir vendu les agréments techniques à des prix incompréhensibles.
« Les agréments mis en place par Ernest Mphouo Epiga et Olivier Nang Ekomye au cabinet du ministre de l’Habitat de l’époque. Des documents à payer cash plusieurs millions. Entre 5, 10 ou 20 millions à la tête du client, pour pouvoir exercer dans l’immobilier », témoigne-t-il.

Plus grave, le promoteur immobilier prétend que cet argent n’a jamais été reversé dans les caisses du Trésor public: « Un trésor public bis créé à l’Habitat, aux yeux et au su de de tout le monde ».
Et:  » Nous demandons à tous ceux qui ont payé ces agréments de le dénoncer pour être remboursé « .

Très critique, Diemba Thieny s’interroge sur l’usage qui est fait des 100 millions de francs CFA que produisent les loyers de la cité Alambra d’Agondjé. Cette cité, construite par les Turcs et dont les loyers sont encaissés par le ministre de l’Habitat ne semble pas avoir un fonctionnement crédible, si l’on en croit le promoteur de Baticom.

 » Où vont les 100 millions de francs CFA des loyers de la cité Alambra? Et comment le ministre peut-il construire sa cité derrière la CNE, alors qu’il a fait casser la maison d’un citoyen? « , fait-il observer.

« Ce ministre a bloqué tous les projets de logement. N’est t’il pas entrain de travailler dans l’ombre pour son patron Brice Laccruche Alihanga (BLA) », s’interroge-t-il, avant de lever un important équivoque : « il continue de défier la justice Gabonaise car les numéros des titres fonciers sont des ordonnances du tribunal de Libreville. Qu’il arrête de tromper le président de la république en lui faisant signer des documents. Le courrier d’un ministre ne peut rien contre un titre foncier, il est protégé par le droit international et la constitution du Gabon. J’espère qu’il pourra bien se défendre à la barre quand il sera devant les valeureux juges que je respecte et salue et qu’il continue à défier? ».

Facebook Comments