L’honorable Blaise Louembé, Président de la commission des Affaires Etrangères, de la Coopération Internationale, de la Défense Nationale et de L’Intégration Régionale, a participé dernièrement aux travaux de la 6e conférence du REPAM-CDS à Kinshasa Congo Démocratique du 5 au 7 octobre 2022 en cours dont le thème central de ces travaux était : « Le dialogue sécuritaire Afrique-Europe à l’ère d’une nouvelle rivalité géopolitique : comment améliorer concrètement la coopération ».

 

Cette rencontre a vu la présence de 172 participants, composés de 14 présidents de commissions de défenses et sécurités (Assemblée Nationale et Sénat), des parlementaires et experts, ainsi que d’imminents universitaires, ayant âprement débattu sur :

– Les problèmes posés par l’application des mécanismes européens de coordination sécuritaire en Afrique ;

– Le nouveau contexte stratégique et les enjeux de la diversification des partenariats en Afrique : quelles implications pour la diplomatie parlementaire ? ;

– La négociation d’une prise en charge équilibrée des intérêts sécuritaires dans les accords de coopération : quels rôles pour les parlementaires africains ? ;

– Les clauses juridiques relatives aux intérêts sécuritaires communs : comment les parlementaires doivent-ils négocier les normes équitables dans les accords de coopération sécuritaire entre l’Afrique et l’Europe ? ;

– Une efficacité du partenariat sécuritaire entre l’Afrique et l’Europe : nouveaux langages, nouveaux instruments et nouvelles conduites ? ;

– Quelles approches de la sécurité privée en contexte de guerres asymétriques et de crises liées aux groupes armés : le rôle des partenaires dans l’encadrement juridique des activités des sociétés militaires privées (SMP) ;

– Le Financement et le Contrôle financier du secteur de la sécurité : comment juguler l’opacité et réinstaurer la transparence ? ;

– Le travail parlementaire au quotidien au sein des commissions Défense et Sécurité en Europe : l’exemple français.

 

La France, qui participe pour la première fois, était représentée par le Président de la Commission de la Défense Nationale et des Forces armées, l’honorable Thomas Gassilloud.

 

Rappelons que le REPAM-CDS (Réseau des Parlementaires Africains Membres des Commissions de Défenses et Sécurité) organise toujours ces travaux en partenariat avec la KONRAD ADENAUER STIFTUNG, une fondation allemande qui, à travers ses 78 bureaux dans le monde, propose plus de 2 500 conférences et événements chaque année. La fondation dispose de deux centres éducatifs, seize centres de formation, une académie, et un centre de conférence internationale. L’Académie située à Berlin, accueille des symposiums, des conférences, des réunions et des expositions afin d’analyser les questions sociétales et politiques pertinentes dans un cadre public. C’est dans ce contexte qu’elle soutient les actions du REPAM-CDS à travers le SIPODI (Programme sur le Dialogue sécuritaire en Afrique Subsaharienne) que dirige Roland Stein.

Les échanges issus de ce dialogue interparlementaire basés pour la plupart, sur des expériences vécues et sur des données principielles, ont permis au plus grand nombre de participants de repartir plus enrichis des différences et très réconfortés des ressemblances ; un véritable rendez-vous du donner et du recevoir.

 

Les travaux placés sous le haut patronage du Président de la République Félix Tshisekedi, ont été ouverts par le Président de l’Assemblée Nationale de la RDC. Dans les mêmes dispositions, la cérémonie de clôture a été faite par le Président du Sénat. Ce sont les deux presidents des commissions Défense et sécurité du parlement congolais qui ont été les chevilles ouvrières de l’organisation.

 

La cerise sur le gâteau de cette rencontre ? Le Président de la Commission Défense et Sécurité de l’Assemblée Nationale de RDC, l’honorable Bertin MUBONZI a été consacré Président du REPAM-CDS pour les deux années à venir.

 

Après, la Guinée Conakry en 2017 la Côte d’Ivoire en 2018 et 2019, le Cameroun en 2020, le Nigeria en 2021 et la RDC en 2022 le tour reviendra en 2023 au pays qui en fera la demande ; sous l’assistance très bienveillante de la fondation KONRAD ADENAUER.

 

 

Facebook Comments