C’est en effet le 15 mai 2012 que Monseigneur Jérôme Okinda a été rappelé à Dieu. Tenant à marquer cette disparition du sceau du souvenir, sa famille biologique et écclésiastique (église catholique mariavite), organisent depuis quelques jours, plusieurs cérémonies en la mémoire de l’homme de Dieu.

Okondja dans le Haut-Ogooué d’où il était originaire a naturellement été choisi comme cadre pour abriter les cérémonies commémoratives qui se déroulent jusqu’au 3 août prochain. L’on assiste à des célébrations eucharistiques, à des causeries-débats, des concerts religieux et a offert un important don de médicaments à l’hôpital de la localité.

Ces cérémonies se déroulent certes en présence de la famille, mais aussi de celle d’évêques, prêtres et fidèles de son ordre religieux ou de ceux assimilés, venus de toute l’Afrique, rendre hommage à Monseigneur Okinda décédé en Afrique du Sud le 15 mai 2012 à l’âge de 79 ans. Les membres de la communauté Mariavite dont il fut le premier Archevêque au Gabon le qualifie affectueusement de « Patriarche » au brillant parcours lorsqu’ils se remémorent son parcours élogieux non pas seulement en tant qu’homme d’église, mais aussi comme grand commis de l’État: respectivement diplomate, ministre, député et sénateur.