Pascal Houangni Ambouroué, ministre gabonais de la Communication, vient d’être l’hôte des autorités altogovéennes avec lesquelles il est allé visiter le centre émetteur de Moyabi dans un état de décrépitude avancé.

Le membre du gouvernement n’a pas eu besoin de trop d’explications de la part des techniciens pour comprendre que le centre (Moyabi 1: 4 émetteurs de 500kw chacun et Moyabi 2: un émetteur de même puissance), est en état de décrépitude avancé. D’où la mélancolie qu’il a affichée au point de la faire partager aux personnalités qui l’accompagnaient au nombre desquelles, le gouverneur de province Jacques Denis Tsanga.

Pascal Houangni Ambouroué a saisi l’occasion pour exprimer la ferme volonté des autorités gabonaises en tête desquelles le président de la République Ali Bongo Ondimba, de redonner vie à cet instrument, « Africa N⁰1, créé le 7 février 1981 par feu Omar Bongo Ondimba dans le but essentiel de pousser les Africains, se connaître et se rapprocher les uns des autres et au finish servir de contrepoids aux médias occidentaux, pas souvent au fait des réalités africaines, mais se donnant le plaisir de les caricaturer. Le ministre de la Communication a donné sans trop être affirmatif des assurances sur l’engagement du gouvernement de relancer le projet, tout en regrettant qu’il se soit passé assez de temps sans qu’on ne le matérialise, tout cela pour redonner vie à une philosophie de la communication dont il est aujourd’hui le porte-voix gouvernemental.

 

Facebook Comments