Face à la domination étrangère au Gabon, faut-il être neutre? Non car la neutralité est une lâcheté. A cette affirmation, j’admire cet extrait de la réponse donnée par l’avocat congolais, Me Jacques Moukanga Séfu du barreau de Lumumbashi en RDC, sur la notion de neutralité.

En effet, devant une problématique donnée comme celle de la question de la domination étrangère au Gabon qui s’apparente à une nouvelle colonisation de notre pays, le partisan tire la thèse ou l’antithèse. L’éclectique se situe à califourchon sur la thèse et sur l’antithèse dont il tire une synthèse, alors que le neutre lui se refuse de prendre position ni pour la thèse, ni pour l’antithèse, ni pour l’antithèse; ni pour l’un ni pour l’autre des deux antagonistes ; ni pour Césaire ni pour Senghor ; ni pour Voltaire ni pour Rousseau; ni pour ni contre l’avortement ; ni pour ni contre la peine de mort. Et pour être contemporain, le neutre n’est ni pour le grand Barça, ni pour une autre équipe…et j’ajoute: ni pour les étrangers, ni contre les étrangers.

On nous a venté mille vertus de la neutralité:

– On a répandu que la neutralité serait la sagesse de la prudence ou la prudence de la sagesse;

– Que la la neutralité présenterait de la vengeance de l’affrontement, qu’elle garantirait la paix républicaine;

– On a même soutenu que la neutralité serait gage de crédibilité. Ce n’est la qu’une autre raison tonitruante, à dire vrai, Dieu sait que toute neutralité cache une lâcheté qui a honte à s’avouer.

En fait, vous savez bien autant que moi, que la raison humaine est jugement et le coeur humain est parti pris. Il en résulte aussi qu’eclairé par les données d’un débat ou d’un conflit latent qui oppose désormais les Gabonais aux étrangers, humain, on ne peut pas ne pas prendre partie.

La neutralité, si tant est qu’il soit possible d’être neutre, n’est qu’une posture d’imposteur adoptée pour le besoin de la cause ou pour la cause du besoin… »

Aux Gabonais qui adoptent la neutralité face à la nouvelle colonisation de notre pays par ceux qui ont fuit la misère chez eux, retenez bien ce texte de MARTIN NIEMÖLLER, arrêté en 1937 et envoyé au camp de concentration de Sachsenhausen:

 » Quand ils sont venus chercher les communistes, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les Juifs, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas Juif.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas catholique.

Et lorsqu’ils sont venus me chercher, il n’y avait plus personne pour protester. »

Quand ils vont nous arracher tout le Gabon, après les parcelles de terrains, les postes politiques et administratifs, les pans entiers de l’économie, de l’éducation, etc, il n’y aura plus personne pour protester.

 

Jonathan Ntoutoume Ngome, Politologue, Enseignant d’universités, ancien Ministre. 

Facebook Comments