Une semaine seulement après avoir été réelu à la tête  de Fédération gabonaise de football (FEGAFOOT), Pierre Alain Mounguengui a été convoqué puis gardé à vue à la contre ingérence,communément appelé B2. 

À Tchibanga, les populations de la Nyanga ruminant de colère, contre ce qu’elles considèrent comme une injustice de trop contre la province Nyanga, se sont réunis vendredi dernier à Tchibanga, dans le but d’organiser des actions fortes pour obtenir  la libération de leur fils.

Cette affaire de l’arrestation de Pierre Alain Mounguengui et sa garde à vue au B2, vient exacerber les tensions déjà palpables qui couvent le climat politique de la province de la Nyanga. Déjà avec le non remplacement du Dr Hervé MOUTSINGA à la Cour constitutionnelle, et l’absence d’un Nynois dans le Haut Commissariat de la République et d’u’ ministre d’État fait monter la tension.

Si l’emprisonnement de PAM est acté, cette décision poussera les populations de cette partie du pays à se radicaliser d’avantage contre le pouvoir en place, qui n’est pas déjà en bons termes.

« On peut encore changer et rattraper les choses. Il faille trouver une issue politique à ce problème à mon avis. Il faut éviter les humiliations qui peuvent pousser les gens à faire des choses qui ne sont pas biens. Je connais la Nyanga et et son peuple,peux vous avouer que je suis inquiet de la tournure que prend cette affaire », à indiqué un ninois sous le couvert de l’anonymat.

 

 

Facebook Comments