Nous publions l’intégralité de la Déclaration de l’Union Nationale (UN), demandant la libération immédiate du président Jean Rémy Yama

Monsieur Jean Rémy YAMA, Enseignant chercheur à l’Université des Sciences et Techniques de Masuku, Président du Syndicat National des Enseignants et Chercheurs du Gabon (SNEC) et Président de la Centrale syndicale Dynamique Unitaire (DU) a été arrêté à l’aéroport international de Libreville, le dimanche 27 février 2022, alors qu’il embarquait pour Dakar au Sénégal où il se rendait pour nécessité médicale. Il a été conduit dans les locaux de la direction générale des contre-ingérences et de la sécurité militaire (B2) où il a été gardé pendant trois (3) jours. Le 02 mars 2022, il a été présenté devant le Procureur de la République qui a pris la décision de le placer sous mandat de dépôt, donc en détention préventive.

Comme la grande majorité des Gabonais, l’Union Nationale fait un lien entre l’engagement citoyen pour la défense des travailleurs de Monsieur Jean Rémy YAMA et l’acharnement judiciaire dont il est victime depuis de nombreuses années. Son statut d’enseignant chercheur, le niveau élevé de ses responsabilités syndicales et son état de santé qui nécessitait qu’il se rende à Dakar constituent autant d’éléments qui rendent incompréhensible et injustifiable sa mise en détention préventive.

L’Union Nationale a toujours dénoncé l’instrumentalisation de la justice à des fins politicienne. L’indépendance de la justice constitue un élément fondamental de l’État de droit, sa violation par le Pouvoir établi est dangereuse et l’Union Nationale dénonce la persistance de cette dérive.

L’Union Nationale demande la libération immédiate de M. Jean Rémy YAMA. Son incarcération ne peut être la réponse appropriée aux légitimes revendications des agents du secteur public, mais un élément supplémentaire d’aggravation de la dangereuse crise sociale et politique que traverse le pays.

Fait à Libreville, le 5 mars 2022

La Présidente de l’Union Nationale

Paulette MISSAMBO

Facebook Comments