Le sénateur américain, Lindsey Graham a appelé vendredi à assassiné le Président Russe, Vladimir Poutine, dit-il pour rendre service à la Russie et au monde. Des propos qui n’ont pas été condamné par le réseau social Twitter, alors que sa charte interdit tout propos violents.

Twitter n’a pas réagi, vendredi matin, alors que les appels à la violence sont interdits par sa charte.

« Y a-t-il un Brutus en Russie ? » s’est interrogé Graham, en évoquant l’un des assassins de l’empereur romain Jules César. Il s’est également demandé s’il existait au sein de l’armée russe « un colonel Stauffenberg, mais en plus efficace », en se référant à l’officier allemand Claus von Stauffenberg, auteur d’un attentat à bombe manqué contre Adolf Hitler en 1944. « Vous rendriez un grand service à votre pays et au reste du monde », rapporte 20minutes.fr.

Lindsey Graham, est un proche allié de l’ex-président Donald Trump, a présenté vendredi au Sénat une résolution condamnant le président russe et ses chefs militaires les accusant de commettre des « crimes de guerre » et des « crimes contre l’humanité », indique le journal français.

 

Facebook Comments