C’est la question qui taraude les esprits, dans l’opinion. Élus pour défendre les intérêts de leurs concitoyens, les parlementaires gabonais ne jouent pas pleinement leur rôle, lequel est de voter des lois pour le bien du plus grand nombre. 

Dernièrement, Geoffroy Foumboula Libeka Makosso s’en est prit vertement aux députés et sénateurs qui  » valident la violation de la Constitution au lieu de la défendre », précisant que ces derniers sont « une honte pour notre beau drapeau ». Une observation faite sur sa page facebook et largement repris sur les principales platesformes de démultiplication de l’information.

L’on se rappelle aussi que les lois sur les dépénalisations de l’homosexualité, de l’adultere et bien d’autres, ont provoqué en leur temps une levée de bouclier dans l’opinion.

Dans le cadre de la pandémie de la Covid-19, les parlementaires gabonais ont pris diverses lois liberticides pour soit-disant lutter contre ce fléau, qui touche le monde entier.

Selon le journal d’informations en ligne Kongossanews, qui s’appuie sur des statistiques officielles, le Gabon est à 2,59% de contamination,99,22% de guérison pour 0,78% de mortalité. Ce qui, selon l’observation de Geoffroy Foumboula Libeka, ne peut être géré comme une catastrophe, à côté du paludisme, la tuberculose et le VIH/Sida.

Facebook Comments