Dans la perspective de la présidentielle de 2023, et pour tout ce qui dessine avant, il va falloir conjuguer avec des hommes et des femmes à l’aura avérée et ayant une sérieuse assise dans leurs localités ou sièges politiques respectifs.
Dans la province de l’Ogooué-Maritime, première destination de notre série d’analyses, l’on vit à l’heure d’intrigues et des coups bas entre les politiques locaux.

Les amabilités en public, teintées de convivialité sont un parfait poker menteur. Des épées nues. Tant leurs cœurs sont des abîmes. Dans cette guéguerre, il y a deux camps affirmés. Ceux qui gravitent autour du doyen politique Michel Essonghé et ceux qui sont dans l’escarcelle de l’actuel maire de Port-Gentil, Gabriel Tchango. Une troisième voie est désormais visible. Celle dominée par quelques électrons libres. Et semble boxer dans cette catégorie, l’ancien ministre du budget et des comptes publics, le député OTANDAULT, qui n’aurait des comptes à rendre qu’au président de la République, son mentor politique. Et dans une moindre mesure, l’actuel ministre du Tourisme, Pascal Houangny Ambouroué, qui semble prendre peu à peu ses distances d’avec le premier cercle. A raison lui concède t-on. Même si son cœur bat entre l’envie de rester ou de s’émanciper en se démarquant totalement de ce camp traditionnel au sein le provincial du PDG, Richard Royembo, passe incontestablement pour être le plus intime des fils politiques du doyen Essonghé. De sorte que les antagonismes, aujourd’hui à peine larvés, ont connu un pic supplémentaire des plus malveillants pendant la période de maladie du chef de l’État. Nombre de ses fidèles soldats locaux d’Ali Bongo Ondimba, ayant fait les frais d’une conspiration à tout le moins blâmable : certains furent débarqués des positions décisionnelles au sein du PDG, et d’autres du gouvernement. Sans ménagement. Autant des règlements des comptes dont sont comptables quelques hiérarques locaux Parti au pouvoir, qui s’étaient convaincus, à leur risque finalement, de tenir le bon bout en plaçant ainsi les leurs. Chassé de ses terres politiques traditionnelles de Port-Gentil d’où il fut maire, le camarade Bernard Aperano garde une arête de travers.mais voilà qu’en prélude à la grand-messe de 2023, et des agendas avant cette échéance électorale capitale, tout ce qui se dessine, les démons de la division, des intrigues et coups bas reprennent, mais à fleurets mouchetée, leurs basses besognes. Mais heureusement, aujourd’hui mieux qu’hier, le président de la République, Ali Bongo Ondimba, sait sur qui compter dans l’Ogooué-Maritime en 2023. Car il sait qui fait quoi, ou qui a fait quoi à la présidentielle de 2016 à Port-Gentil.

Facebook Comments