Les réseaux sociaux, c’est dans leur habitude, nous servent à satiété des noms de personnes qu’ils accusent d’avoir voulu aider Brice Laccruche Alihanga à prendre le pouvoir. Qu’est-ce qui explique cet « acharnement » visiblement entretenu sur des personnes sensées actuellement être exemptées de tout reproche, quand on sait que cela fait longtemps qu’elles ne gravitent plus dans les cercles du pouvoir ?

Tout le monde, profane comme initié de la politique, peut être aujourd’hui convaincu qu’aucun responsable de l’AJEV, ne décide et n’influence l’activité du gouvernement que l’on attend sur l’implémentation des recommandations du président de la République, Ali Bongo Ondimba, portant essentiellement sur la relance économique et le mieux-être des populations. Ce que l’on semble reprocher aux Ajéviens, devrait l’être aux nouveaux acteurs politiques constitués de parents, amis et connaissances influançant l’action du gouvernement avec les conséquences que l’on connait: confiscation des finances, de la justice et de tous les pôles stratégiques: pétrole, mines, bois, etc.

Dans quel but cela est-il fait, est-on en droit de se demander. Et les plus futés de répondre: « dans le but de saboter l’action politique d’Ali Bongo Ondimba afin de retourner contre lui ses compatriotes. Leur modus operandi: créer la pénurie et le conflit social en développant des ingrédients tels le chômage, la clochardisation de la population, la gestion des seuls cas Covid par les hôpitaux, le manque ou la défectuosité des routes, l’abandon des étudiants à leur triste sort, la maltraitance des retraités, le non-paiement des bourses aux élèves du secondaire et même le non-respect des responsables du Parti démocratique gabonais (PDG), de plus en plus ridiculisés ces temps derniers, pas du fait de l’AJEV, mais bien de ceux qui veulent se passer pour les meilleurs serviteurs du chef de l’État et du Gabon, ce qu’ils ne sont nullement aux yeux de ceux qui ont la capacité de lire entre les lignes.

20 mois nous séparent de la prochaine élection présidentielle, le temps semble être mis à profit par ces indélicats pour commencer à dérouler leur agenda. Y compris en poussant les Gabonais à se dresser contre le président de la République qu’ils veulent voir échouer lamentablement lors du scrutin à venir. Il est su de tout le monde que tous les principaux responsables de l’AJEV croupissent actuellement en prison et qu’ils ne peuvent pas de ce simple fait interférer dans l’activité politique de l’heure. Comment alors leur faire porter un chapeau qu’ils ne portent plus depuis des lustres ? N’est-ce pas, comme certains en sont devenus maîtres, dans le but de divertir les observateurs de la vie politique et les populations et faire croire que le bilan du président de la République étant catastrophique, il serait de bon aloi qu’on les écoute pour les suivre servilement, quitte à ce que l’on soit convaincu par la suite de leur mauvaise foi. Il est temps de les confondre en organisant un audit sur de leur gestion pour vérifier comment ils ont pu obtenir de nombreux véhicules, acquérir plusieurs villas dans tout le pays, à la Sablière par exemple, bref comment ils ont pu en très peu de temps faire partie des personnes les plus fortunées du pays et d’Afrique sans être hommes d’affaires confirmé ?

Le souhait de tous ceux qui rêvent de paix et de stabilité est qu’Ali Bongo Ondimba prenne les choses en mains en incitant à la formation d’un nouveau gouvernement auquel devrait être exigée l’implémentation d’une nouvelle feuille de route. Le Gabon est aujourd’hui assis sur une bombe sociale qui pourrait exploser à tout moment et ce n’est pas sous leur fallacieux prétexte que ceux qui visent la déstabilisation du chef de l’État auront gain de cause. La diversion qui nous est servie n’honore ni ses auteurs, ni les Gabonais et encore moins Ali Bongo Ondimba, surtout à 20 mois d’une élection présidentielle cruciale.

Il semblerait qu’une machination est en train de se tramer dans l’ombre. Les responsables politiques du PDG sont-ils véritablement les initiateurs de ce congrès qui est prévu pour la deuxième semaine du mois de décembre ?

 

 

 

Facebook Comments