La majorité des militants de ce parti politique d’opposition en quête d’un président depuis la démission de Zacharie Myboto, vient d’accorder sa confiance à la « dame de fer », Paulette Missambo.

 

Cette dernière que l’on croyait en perte de vitesse dans la lutte qui l’opposait à Paul Marie Ngondjout sous couvert de Chantal Myboto, après les décès de ses plus grands soutiens, Casimir Oyé Mba et Marie- Agnès Koumba, a plutôt créé la compassion autour d’elle, mais pas seulement la compassion puisqu’à y regarder de très près, cela vient logiquement en reconnaissance des atouts et du parcours d’une dame qui a depuis été de toutes les batailles pour ne pas dire sur tous les fronts.

En effet, même si le « clan Myboto » a montré de quoi il était capable en décidant courageusement d’accéder à la demande de feu André Mba Obame de dissoudre la défunte UGDD dans l’Union nationale (UN), pour mieux mener le combat contre le Parti démocratique gabonais (PDG) notamment, il n’en demeure pas moins que la formation politique créée par celui qu’on appelle affectueusement « Zach power » s’était, à cause de ce geste, rétrécie comme peau de chagrin, perdant une bonne partie de ses têtes pensantes. Et pourtant, l’on en avait grand besoin devant l’adversité que continue d’opposer le PDG aux partis de l’autre bord.

C’est ici que Casimir Oyé Mba, Paulette Missambo et autres Marie- Agnès Koumba auront leur importance et des cartes à battre, aidés par le fait qu’ils capitalisent chacun une expérience politique et dans la gestion des affaires publiques et des ressources humaines à nul autre pareil. Ce qui peut justifier le choix fait en faveur de l’ancienne membre du gouvernement, proviseur de lycées et enseignante du supérieur qui méritait bien ce traitement car ses méthodes n’ont jamais été décriées. Du haut de son âge, Paulette Missambo devrait pouvoir jeter toute sa dernière énergie dans un combat qui la tient depuis longtemps à coeur, celui de l’assainissement des moeurs politiques et de la gouvernance, gage du développement du Gabon. Nous lui souhaitons bon vent !

Tatave Dounguenzolou

Facebook Comments