Nous publions la déclaration du Syndicat National des Personnels de  Santé et Assimilés (SYNAPSA), ce 5 novembre 2021. Dans laquelle elle fustige les nouvelles mesures anti-Covid. Condamne avec la dernière énergie les méthodes visant à rendre la vaccination obligatoire. Le syndicat annonce également le dépôt d’un préavis de grève.

 

Lecture…

Travailleuses, travailleurs mes chers compatriotes, depuis deux(2) ans le Gabon notre pays traverse une zone d’incertitude, dû à l’avènement de la pandémie à corona virus. Cet ennemi planétaire qui fait les ravages dans le monde entier nous a également astreints à l’obligation de trouver les moyens de lutte contre ce virus.

Toute fois le SYNAPSA, membre de la confédération syndicale Dynamique Unitaire ne peut s’abstenir de réagir face aux décisions iniques et particulièrement lucifériennes du gouvernement, tendant à mettre en mal le bien vivre ensemble.

Travailleuses, travailleurs chers personnels de santé, Depuis un plus de dix (10 ans) les écoles de Santé sont fermées, s’ajoutent à cela les mesures d’austérités qui plombent les carrières des agents publics que nous sommes, sans que les autorités de ce pays ne bougent un seul doigt pour régulariser nos situations administratives. Aussi, depuis trois (3 ans), la santé subi une désarticulation à travers des rétrocessions injustifiées de l’Ex CHU d’Angondje et l’institut de cancérologie à la défense, mettant ainsi, les pères et mères de familles à la porte sans aucun plan social.

Curieusement avec l’arrivée de la covid19, le gouvernement de la république qui est habituellement dans un état pathologique de sommeil léthargique, s’érige en bienfaiteur en instaurant une vaccination obligatoire à tous, sous le fallacieux prétexte de protéger les Gabonais.

Eu égard, à ce qui précède, le Syndicat National des Personnels de Santé et Assimilés (SYNAPSA), membre de la confédération syndicale Dynamique Unitaire, condamne avec la dernière énergie les méthodes visant à rendre la vaccination obligatoire en violation flagrante de l’article 7 du pacte international relatif aux droits civiles et politiques. Déplus, le SYNAPSA invite le gouvernement au ressaisissement, à l’abandon du projet consubstantiel à l’instauration des tests PCR à 20.000 et la présentation d’une hypothétique attestation de vaccination comme condition d’accès aux lieux publics. Cette obligation porte donc atteinte, aux droits et au respect de l’intégrité physique des populations.

Travailleuses, travailleurs chers camarades, le comportement du gouvernement actuel renforce le doute sur la fiabilité de ces vaccins, sinon comment comprendre que le même gouvernement qui impose le vaccin, continue à tenir ses conseils des ministres par visioconférence ? si les membres du gouvernement sont immunisés pourquoi portent-ils des bavettes ? Et si le vaccin ne protège pas contre un quelconque variant, pourquoi l’imposer aux paisibles citoyens ?

Ainsi, le SYNAPSA, appelle à la mobilisation, à la solidarité de tous les personnels de santé et syndicats conscients de la gravité des décisions prises par le gouvernement. Aussi, avant l’application des mesures de nature à troubler l’ordre social, le SYNAPSA pose les préalables suivants avant la date échue :

Le gouvernement doit faire le bilan de la gestion des fonds alloués dans le cadre de la lutte contre la covid19 de la première vague jusqu’à ce jour ;

Le paiement de l’indemnité covid19 aux oubliés

Le paiement de la PIP 2é trimestre 2015 aux oubliés

Rendre effectives les formations promises aux agents de santé depuis le 5 mai 2021.

Le gouvernement doit décliner le plan d’utilisation des fonds qui pourraient résulter des tests PCR, en cette période particulière ou tout manque dans les différentes structures sanitaires du pays : pas d’oxygène, pas de respirateurs, pas de coton, pas de lits, bref les conditions de travail demeurent encore rustiques dans la plupart des établissements sanitaires sur l’étendue du territoire national sous le regard impuissant des autorités.

Le SYNAPSA se dit estomaqué de constater la boulimie financière du gouvernement qui passe avant le minimum attendu dans les structures sanitaires.

Ainsi, qu’il nous soit permis, d’inviter le gouvernement au respect de ses propres engagements, car on ne peut à la fois aimer une chose et son contraire. Comment comprendre qu’un gouvernement qui clame haut et fort que la vaccination n’est pas obligatoire, puisse imposer l’accès aux lieux publics par la présentation de la pseudo attestation de vaccination et rendant payant le test PCR et ce, à un prix astronomique ?

De même, sur un tout autre plan la bible postule dans Proverbes 6V16-19 ce qui suit : « il Ya six choses que hait l’Eternel, et même sept qu’il a en horreur, les yeux hautains, la langue menteuse, les mains qui rependent le sang innocent, le cœur qui médite des projets iniques, les pieds qui se hâtent de courir au mal, les faux témoins qui dit des mensonges et celui qui excite des querelles entre frères ».

En conséquence, le SYNAPSA convoque une réunion d’urgence du Bureau National et des sympathisants pour statuer sur le dépôt d’un préavis de grève dans un bref délai et sur une inévitable grève générale illimitée sur toute l’étendue du territoire national, dans le secteur santé.

 

Fait à Libreville, le 05 Novembre 2021

 Pour le Bureau national,

 Le Président

Gustave BOUKOUMOU-IGASSELA

Facebook Comments