La corruption est, à n’en point douter, un attribut de caractère observable chez la majeure partie, si ce n’est toute, des hauts dignitaires de la République. Bien des fois, les noms de certains membres du gouvernement ont souvent été évoqués, sans que des dispositions plus coercitives aient été prises. 

Dans l’immobilier, un secteur très porteur au Gabon, les pots de vins et autres attitudes de corruption ponctuent de façon permanente l’actualité du pays.

 

Selon une source digne de fois, deux hauts gradés du gouvernement Ossouka Raponda, dont nous taierons les noms pour des besoins d’investigation, viennent une nouvelle fois de lourdement se compromettre.

À l’origine, une parcelle, la 271 précisément, de la société civile immobilière (SCI) Lobe, qui a été dépossédée pour être revendue à l’une des nombreuses représentations de l’église Chapelle des Vainqueurs, du milliardaire pasteur Nigérian David Oyedepo.

 

Montants de la transaction, 200 millions de francs par l’émission de deux chèques. Puis, 312 millions de francs payables en numéraires, de façon occulte.

C’est précisément à ce niveau qu’intervient la duperie des deux collaborateurs d’Ali Bongo Ondimba.

La parcelle, valant au total 512 millions de francs CFA, lesquels devaient être reversées au Trésor Public Gabonais, ont été par un jeu d’écriture comptable délictueux, totalement détournées par les amis du chef de l’État.

 

Les deux protagonistes n’ont pas manqué d’imagination.

En plus des 5 hectares vendus à l’église Chapelle des Vainqueurs, ils en ont rajouté 12 autres, dans l’optique d’en tirer profit.

 

Pour se mettre plein les poches, ces derniers ont pris de force la parcelle des mains de la SCI Lobe, pour les confier, par un accord d’arrière boutique à la SCI Titane.

 

C’est cette entité qui a fait la transaction pour l’église Chapelle des Vainqueurs.

 

Ainsi, au Gabon, l’on est prêt, par appât du gain, à prendre les 512 millions de francs qui devaient être dûment reversés au Trésor Public, et causer ainsi un manque à gagner à l’État.

 

Des sanctions devraient s’imposer.

Facebook Comments