Les partenaires que gère le Cabinet de Dieudonné Minlama Mintogo pour le compte de Gabon spéciale économique zone (GSEZ) sont à n’en point douter, sujets à des actes d’humiliation quotidien qu’il convient désormais de dénoncer, du fait de leur recrudescence. Tout le monde s’en plaint.

 

Vendredi 1er octobre courant, la survenance d’un énième cas vient remettre au centre des débats les écarts de langages et autres abus dont sont si souvent victimes les patrons de presse.

La sauvagerie de Marie-France, une des toutes puissantes protégées de Dieudonné Minlama n’a pas encore connu ses limites.

Boudant sa reprise des activités, en rogne, a reproché au patron de Gaboninfos, notre journal, de n’avoir pas retiré ses chèques et autres bordereaux, dûs par GSEZ.

Outré par les invectives et réprobations de cette secrétaire qui se croit visiblement tout, notre directeur de la publication a promis rendre publics ces agissements, profondément offensants. Ce que nous faisons.

Pour rappel, les patrons de presse n’ont aucun contrat avec le cabinet Minlama, mais plutôt avec GSEZ qui lui a concédé la gestion de ce pan de sa communication.

Il serait temps que les employés de monsieur Minlama le sachent et qu’ils apprennent à traiter les partenaires de leur plus gros partenaire avec tout le respect qui leur est dû.

Le contraire mettrait le feu au malaise déjà ressenti par plusieurs.

Facebook Comments