Aimé. Jordan Pango, le président de L’UPPIG, lisant lisant son discours

L’Union des Patrons de la Presse Indépendante du Gabon (UPPIG) a vu le jour ce samedi 4 septembre 2021, au cours d’une cérémonie officielle à Libreville en Présence de plusieurs personnalités.

L’on a noté la présence du représentant du ministère de la communication, de la Confédération Syndicale Gabonaise (Cosyga) et celui d’une organisation corporatiste.

Au cours de la cérémonie du baptême, Prospère Tonda Mambenda, émissaire du ministre d’État, ministre de la Communication, Edgard Anicet Mboumbou Miyakou, a fait une rétrospective explicite de l’évolution de la presse gabonaise, avant de prodiguer des conseils pour la bonne marche du nouveau-né des organisations corporatiste de la presse.

Franck Iyemba, l’envoyé de Philippe Djoula, Secrétaire général de la Confédération Syndicale du Gabon (COSYGA), s’est réjoui de l’entrée de L’UPPIG au sein de la Cosyga.

Franck Charly Mandoukou, le vice-président du Réseau National des Journalistes Indépendants (RENAJI), a souhaité la bienvenue à la nouvelle organisation des journalistes et a souhaité mutualiser les énergies des deux associations pour des victoires communes.

Aimé Claude Pango, président de l’Union des Patrons de la Presse Indépendante du Gabon (UPPIG) a présenté officiellement son organisation.

Revenant sur l’environnement de la naissance de L’UPPIG, le président Aimé Pango a souhaité voir la redynamisation du secteur privé qui broie du noir.

 » L’Union des Patrons de la Presse Indépendante est née, en tant qu’organisation, dans un contexte bien précis : celui d’œuvrer pour l’épanouissement des entreprises de presse privée« , a-t-il indiqué.

Il faut rappeler que la presse Indépendante gabonaise a parcouru au cours de ces deux dernières décennies, un sentier extrêmement tortueux.

Facebook Comments