Le vœu émis par le président de la République, Ali Bongo Ondimba, en ce qui concerne la réduction à 50% des importations des produits alimentaires était tout récemment à Libreville, au centre des discussions avec les acteurs du secteur à l’initiative du directeur général du Commerce, Jean-François Yanda. 

Cette réunion à laquelle ont pris part les directeurs d’achats des grandes surfaces de la capitale gabonaise a permis de passer au peigne fin tous les contours de cette ambition du numéro 1 Gabonais.

Les producteurs locaux des produits alimentaires étaient également présents.

Une fois instruit par son supérieur hiérarchique, le ministre du Commerce, Hugues Mbadinga Madiya, M. Jean-François Yanda est aussitôt passé à l’exécution en convoquant cette réunion.

«Nous devons renforcer la compétitivité de nos produits en incitant nos producteurs avec des outils d’accompagnement techniques et financier», a-t-til affirmé face à la concurrence du vaste marché de la ZLECAf.

C’est ainsi qu’on pourra tirer profit des atouts du Gabon en mettant sous les feux des projecteurs les mécanismes que le gouvernement de la République a bien voulu mettre en perspective.

Il s’agit précisément du foncier agricole, du Fonds okoumé capital, incitation fiscale.

Leur mise en oeuvre permettra de développer la chaîne de valeur du secteur agro-alimentaire mais aussi d’offrir des opportunités d’emplois aux jeunes Gabonais face à l’oisiveté.

Par ailleurs, le directeur général du Commerce a demandé aux parties prenantes à s’inscrire dans le cadre de cette vision du président Ali Bongo Ondimba, de manière à renforcer la compétitivité des produits alimentaires en terme de prix, de qualité et de quantité.

C’est dans cette optique qu’il a annoncé la mise en place très prochainement par la direction générale du commerce, un mécanisme de suivi -évaluation et des missions d’inspection de manière régulière dans le processus linéaires des rayons octroyés au made In Gabon ainsi que le nombre des produits commercialisés.

Facebook Comments