Le Conseil des Ministres présidé par le Chef de l’Etat, M. Ali Bongo ONDIMBA a acté, mercredi 10 Juin 2021, l’organisation à la fin du mois de juillet, de la première Édition du Concours National des Meilleurs Élèves. Porté par le Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique, du Transfert de technologies, de l’Education nationale, le Pr Patrick MOUGUIAMA-DAOUDA, ce Projet traduit davantage la volonté politique de former plus que jamais le capital humain. De fait, les contours d’un renouveau de l’Ecole de la République se redessinent, ici et maintenant, à travers les objectifs et enjeux de ce Concours déclinés par l’Inspecteur Général des Services, assurant la Coordination générale de cet événement, Mme Nicole NZAOU – REKATI.

L’écho réservé à cette décision par la communauté éducative.

La communauté éducative a reçu avec enthousiasme cette décision du Chef de l’Etat qui vient entériner un projet ambitieux en gestation depuis l’année scolaire 2019-2020. Celui-ci n’avait pu se tenir en raison du contexte sanitaire lié à la crise de la COVID-19.

Aujourd’hui, Elèves, Enseignants, Encadreurs pédagogiques, Responsables administratifs et Partenaires sociaux sont mobilisés pour la réussite de cette première édition. Cette décision vient renforcer la confiance et la motivation des équipes chevillées à matérialiser cette Vision de la première Institution de l’Etat. Son retentissement porte la promesse d’une réconciliation engagée de l’Ecole de la République avec les préceptes de la méritocratie. Ce choix constitue un émulateur de performance, une invitation au dépassement de soi et un défi pour chacun d’entre nous d’aller semer partout sur le territoire de la République l’humus vivifiant d’un Gabon qui gagne par-delà les contingences.

Le Management stratégique mis en place par la tutelle pour la concrétisation de ce projet.

Le CNME est encadré par l’Arrêté n°0019/MESRSTTENFC du 24 février 2021 portant création, attributions et modalités d’organisation du Concours National des Meilleurs Elèves. Par deux
capacités pour réussir leurs études malgré les environnements et les conditions parfois difficiles d’apprentissage. A cet égard, la livraison de nouvelles salles de classes à la rentrée scolaire 2021/2022 sera une des réponses aux problèmes d’infrastructures et d’effectifs pléthoriques qui, jusque-là, représentaient un frein pour l’instauration d’un cadre de recherche d’Excellence.

Car, il s’agit de mettre en œuvre une formule inclusive en mobilisant le potentiel de tous les acteurs de l’éducation, en allant à la quête des gisements d’excellence à travers le territoire national, dans toutes les séries et filières de formation et pour tous les niveaux.

Nous pensons que la mobilisation de toutes ces ressources humaines pourrait insuffler un souffle vertueux sur les résultats scolaires. Elle pourrait également contribuer à revaloriser l’image des établissements scolaires, du Corps enseignants et des apprenants par le renforcement de l’estime de soi et la valorisation du travail bien fait.

La symbolique qui entoure
Le CNME

Le Concours National des Meilleurs Elèves relève d’une politique volontariste de l’Etat, dans sa quête des mécanismes de mesurabilité de la qualité en matière d’éducation.
A ce jour, les indicateurs de performances sont fournis par les résultats aux examens nationaux. Le fait nouveau induit par le CNME est la prise en compte des niveaux intermédiaires et la valorisation du concept « Excellence ».
Cette vision tend à montrer que les notions de Réussite et d’Excellence scolaires ont leur place sur l’ensemble du territoire national. Rendre perceptibles les efforts des Acteurs de l’Education, mettre en lumière leurs performances, partager les succès de nos apprenants les plus méritants, tel est notre pari à tous.
Dorénavant, chaque élève gabonais sait qu’en travaillant sans relâche, en prenant de la peine, quelle que soit sa condition sociale, son origine géographique, ses résultats scolaires et ses mérites seront reconnus à l’échelle nationale. Tout champion sera un modèle pour la jeunesse. Ceci contribuera à modifier positivement le rapport de nos jeunes apprenants aux apprentissages.

A maints égards, penser que la formation de notre jeunesse coûte trop cher à l’Etat est une grave erreur. Tous les efforts consentis par les plus hautes Autorités de l’Etat depuis 2010, attestent à l’évidence qu’  » IL N’Y A DE RICHESSE QUE D’HOMMES ».
Au plan financier, ce Concours ne coûtera pas grand-chose à l’Etat ! Notamment, au vu du nombre restreint des candidats (432 présélectionnés, soit 243 issus de l’Enseignement général et 195 de l’Enseignement technique et professionnel) sur près de 460 000 élèves inscrits dans les établissements publics et reconnus d’utilité publique).

(Photo d’archive) : Remise des prix aux meilleurs bacheliers de la session 2019 – 2020.

décisions découlant dudit Arrêté, une Coordination Générale a été créée, laquelle implique l’ensemble des Responsables de l’Administration Centrale du Ministère, les Directeurs d’Académie Provinciale (DAP) et des Directeurs de Zones Académiques (DZA). La conceptualisation de ce texte s’inscrit dans un élan globalisant, participatif et de confiance entre chaque maillon de la chaine hiérarchique de l’Education Nationale. La communauté éducative y est pleinement impliquée. Donc, ce projet est rigoureusement élaboré dans une vision collective. En effet, l’expertise de chacun est sollicitée pour exécuter de façons cohérente et efficace le plan d’actions qui a été inspiré par cette Vision présidentielle. Ainsi, la coordination générale travaille quotidiennement à créer les synergies nécessaires en vue d’atteindre cet
Mais surtout, en raison de notre démarche stratégique visant à privilégier la construction de partenariats socio-économiques avantageux. La priorité a été donnée à la recherche du sponsoring et au mécénat, auprès des organismes multilatéraux. Les promesses concrètes obtenues vont dans le sens d’un accompagnement conséquent.

Le contexte social et son impact sur le système éducatif gabonais

De nombreux jeunes talents issus des familles modestes se perdent très souvent au cours de leur cursus à cause du manque de soutien lié à leurs condition sociales précaires. Le Concours National des Meilleurs Élèves leur offre désormais une opportunité de s’épanouir et de développer sereinement leurs talent. Ce, grâce à un soutien spécifique et considérable de l’Etat, voire un meilleur encadrement global depuis la base.

De même, par le fait de s’adresser à toutes les provinces en prenant en compte tous les cycles et tous les niveaux, toutes les séries et les filières, le CNME est un vecteur de démocratisation de la réussite scolaire pour les élèves, et d’accomplissement professionnel pour les enseignants.

Il doit s’apprécier en termes d’image, interne et externe, de l’école : sentiment de fierté des élèves, satisfaction professionnelle des personnels éducatifs, confiance des familles, du quartier, de la ville et de la province.

Les Objectifs académiques de ce Concours

Son ambition légitime est de détecter les meilleurs de nos apprenants afin de mieux les suivre, de développer chez les jeunes le goût du travail, de renforcer le rayonnement de l’Ecole gabonaise.

Le but visé est de créer une saine émulation entre élèves, entre établissements, de cultiver l’excellence et promouvoir les nouvelles élites à tous les niveaux des champs d’apprentissage. Au fond, il s’agit de sauver la jeunesse, donc de « sauver l’Homme » Gabonais de demain, face à la mondialisation sans cesse rude.

La cérémonie solennelle de récompense des lauréats

Elle est prévue le vendredi 13 aout 2021 à Libreville et placée sous le haut patronage du Chef de l’Etat.

Facebook Comments