Convaincre les populations de la province de la Nyanga dont il est l’un des dignes fils, d’adhérer aux idéaux du président de la République consistant à développer le Gabon en partant et s’appuyant sur des fondements tels l’unité et le travail, voilà ce à quoi s’attèle Noël Mboumba. L’ex-membre du gouvernement qui vient, comme à ses chères habitudes, d’aller à la rencontre de ses proches, entendez originaires de la même province que lui, leur a délivré un message plutôt emprunt de réalisme, les invitant de quelque bord politique qu’ils sont, à s’inscrire dans une logique existentielle qui recommande à chacun et à tous, d’entendre la voix de la raison et de ne donc s’attacher qu’à celui qui, au-delà de tout commentaire, incarne la concorde héritée du Parti démocratique gabonais (PDG), Ali Bongo Ondimba qui n’a de cesse de dire qu’il y a de la place pour tous dans la maison du père.

Dans une interview exclusive, Noël Mboumba répond sans fioriture à nos questions:

Gabon Infos: Monsieur Noël Mboumba, vous avez décidé de militer désormais dans la province de la Nyanga. Quelle a été votre motivation ?

Noël Mboumba : Merci pour l’intérêt que vous accordez à ma modeste personne. Pour en venir à votre question au sujet de mon repositionnement, j’évoquerais plutôt un positionnement politique qui dépend du chef de l’État, le distingué- camarade-président du Parti Démocratique Gabonais, Ali Bongo Ondamba. Je suis natif de la Nyanga et je me dois en tant fils de cette province et responsable politique, je ne peux pas être indifférent de la situation politique de la Nyanga. Le constat aujourd’hui, après les élections de 2016 et les locales cumulées 2018. Il y a comme un désert politique dans la Nyanga, ce qui s’explique d’ailleurs la victoire écrasante de l’opposition dans la province de la Nyanga.

La Nyanga est devenue la première province de l’opposition au Gabon. Ce à quoi je tiens à mettre fin.

Constatant qu’après 3 ans ce sont des opposants que ça soit à Mongo, dans la Douiny et Mayumba qui semblent dicter leur loi. Le constat est amère. Je ne demande pas à tout le monde de pouvoir faire des routes ou doter la province d’hôpitaux, centres de santé et les dispensaires de médicaments, mais on observe une absence totale des élus au niveau de chaque département. Ils ont eu ce qu’ils voulaient : être élus et ils ont abandonné les populations, bientôt ils vont repartir les mentir à la veille des présidentielles, mais trop c’est trop cette mascarade a assez duré les Nynois doivent se réveiller et réaliser que les opposants les mènent en bateau depuis lurette. Figurez vous qu’après le multipartisme en 1990 la Nyanga a donné 5 Députés au PGP d’Agondjo Okawe, 1 Député à l’ADERE pour 3 députés PDG, 30 ans plus tard en 2018 la Nyanga a donné 6 Députés à l’opposition pour 5 au PDG et quand on regarde le bilan infrastructurel il est lamentable. Il est temps de nous remettre en question et réaliser que les autres qui accordent la confiance au Parti au Pouvoir sont dans les Centres décisionnels et la Nyanga en dépit d’une pléthore de Cadres de haut vol est aux abonnés absent : résultat la Province malgré le devoir régalien d’équité de l’Etat accuse un retard de développement. L’opposition qui brille par les discours et la diversion a eu tout le temps de montrer de quoi elle est capable, mais que neni personne même parmi les élus du peuple ne sonne le tocsin pour réclamer quoi que ce soit, encore moins ne pose un acte en faveur de ses électeurs qui sont devenus les dindons de cette farce macabre. Jusques à quand diantre allons nous supporter cette humiliation. Pour prendre un exemple simple ne serait-ce que gratter la route, nous avons des engins des travaux publics à Tchibanga qui ne demandent que le carburant. Les élus locaux et nationaux sont incapables d’agir pour apporter dissolutions ? Ils disent avoir pris le pouvoir parce que le PDG n’a était pas capable, maintenant qu’ils l’ont qu’ont-ils fait depuis 3 ans ? rien du tout, nous avons fait un bond en arrière. Aujourd’hui, fort de l’appel du chef de l’État à un grand rassemblement, une sorte d’Union Sacrée, il m’a semble important de réunir les miens au- delà de toute chapelle politique, notamment ceux qui étaient réfractaires et qui étaient dans l’opposition et qui ont œuvre pour la victoire de l’opposition, pour leur dire que vous avez œuvré pour l’opposition, mais regardez l’état de délabrement de la Nyanga tous Départements confondus. Ayant tous pris conscience c’est pourquoi vous avez vu cette ruée des hommes politiques de l’opposition, qui ont mis leur égo personnel et leur orgueil de coté car pour certains ils sont opposants depuis 1981, l’époque du MORENA pour accepter l’appel du Chef de l’Etat et mes conseils pour rejoindre les rangs du PDG, car faut-il le rappeler les décisions se prennent à l’intérieur du parti, et pas en dehors. Maintenant en tant que soldat fidèle je reste soumis à la volonté du Chef de l’État qui est le président du PDG. Ce ralliement est l’acte 1, il nous faut consolider cette action en descendant maintenant sur le terrain pour rencontrer les populations pour un travail d’explication et comme celles-ci suffisamment désabusées par les faux discours de l’opposition, nous attendent le pari est à moitié gagné ce sera l’Acte 2 de notre démarche. Le temps est à l’union et à la mutualisation de nos forces pour le bien-être de nos populations. Lorsqu’on est élu on n’est pas élu pour soi-même et comme je vois beaucoup ici à Libreville pour boire le champagne et manger du caviar pendant que les populations croupissent dans la misère. Il ne faut pas tout attendre de l’Etat comme l’illustre le discours inaugural John Fitzgerald Kennedy 35ème Président des Etats Unis de 1961 je cite : « vous mes compatriotes Américains ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays » c’est ce à quoi j’invite chaque Gabonaise et chaque Gabonais et plus particulièrement chaque Nynois et chaque Nynoise si nous voulons hâter le bien-être de tous et le développement de notre province et partant de notre pays tout entier.

Gabon Infos: Certains observateurs de la vie politique nationale y voient opportunisme et ambitions personnelles. Que leur répondez-vous ?

Noël Mboumba :  Opportuniste, je ne pense pas. Je suis d’abord natif de la Nyanga j’y ai vécu et une bonne partie de ma famille y réside. La Nyanga est pour moi comme de l’or enfoui dans le cambouis. Par cet acte et la suite c’est ma façon de retrousser les manches pour sortir la Nyanga du cambouis. I a fallu du cran et de la baraka pour aller dans le camp des adversaires politiques, des réfractaires les plus radicaux de la Nyanga et les convaincre sans argent à rejoindre le PDG. Fort heureusement ils l’ont fait avec le cœur en pensant Nyanga d’abord. Parce qu’il faut lucide et réaliste tous ces partis de l’opposition et leurs élus nous apporté quoi dans La Nyanga ? qu’on me montre leurs actions Département par Département et je changerai de discours.

Nzouba est venu, il a fait ce qu’il a fait. Il a eu des élus ce qui fait de sa formation politique, la deuxième à l’Assemblée nationale. Mais le peuple de Mongo, Mayumba, Mabanda, Mayumba a eu quoi rien du tout. Il continue à croupir dans la misère. Abraham Lincoln Président des Etats Unis a dit je cite : « On peut tromper une partie du peuple tout le temps, et tout le peuple une partie du temps mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps » Je pense qu’aujourd’hui, il est question d’une prise de conscience visant une Union Sacrée autour du chef de l’État Ali Bongo Ondimba, celleci reste salvatrice pour nos populations. Il n’y a aucun brin d’oppurtisme dans ma démarche. J’aurais pu rester dans ma zone de confort au 4ème arrondissement de Port-Genti ou ma popularité reste intacte au regard de mon engagement auprès de ses populations, mais pour le bonheur de ma Nyanga natale et pour le Président Ali Bongo je ne reculerai devant rien. La Nyanga a besoin de tous ses fils et de toutes ses filles pour la sauver et si à cause de cela je dois essuyer les colibets j’assume mais l’histoire retiendra qu’un jour des hommes et des femmes se sont levés comme un seul homme pour sauver la Province de l’incurie et du mensonge d’une partoie de ses fils. Ce pari, ce défi si vous voulez est collectif et c’est ensemble aux cotés du Chef de l’Etat qui est Notre Guide, Notre Ivunda, Notre Okoulou que nous allons le remporter.

L’election du Président ne se fera pas dans Facebook ni dans les journaux de pacotille qui distillent la haine et se rejouissent de la misère des populations. Elle se fera par la bravour des hommes et des femmes déterminés et prets à aller au combat.

Je n’ai jamais dit que j’abandonne Port- Gentil. Je suis un fils adoptif, je l’ai dit toujours dit meme publiquement. Une partie de ma famille y est depuis plus de 80 ans. J’y ai investi politiquement, j’ai une base confortable contrairement à certaines élucubrations disant que je n’ai pas pu me faire une place. Allez poser la question aux populations du 4ème arrondissement et vous serez surpris.

L’Ogooué- Maritime est ma deuxième Province. Travailler à ramener la Nyanga avec beaucoup de mes frères n’est de l’opportunisme mais plutôt du réalisme, je le fais au nom de la Real politique. Me repositionner dans la Nyanga, province dont sont originaires mes parents, ne saurait souffrir non plus d’ambiguïté.

Gabon Infos: Après la déclaration de Libreville, quelles sont les actions à mener dans la Nyanga ?

Noël Mboumba : Les actions à mener pour moi, c’est descendre sur le terrain, faire un travail pédagogique d’explication auprès des populations, il faut leur expliquer le bien-fondé de notre démarche. Il faut leur apporter la démonstration que nous avons fait confiance au discours de l’opposition, nous les avons élu et le bilan après 3 ans est catastrophique. Parce que je ne veux pas exposer longtemps ceux qui ont franchi le pas de nous rejoindre au PDG parce que certains commenceront à penser qu’ils ont eu une cagnotte ils ont perçu de l’argent, je dis NON. Ils n’ont pas été achetés. S’il y a des gens difficiles ce sont les Punu et La Présidence de la République ne fonctionne pas comme ça.

Je les ai reçu et les ain convaincu parce que ce sont des parents se sont des frères de la Nyanga. Moi j’ai un côté de Moabi du côté de mon père et de Mongo et de Mayumba de par ma femme et moimême je suis né à Tchibanga, ma mère est de Tchibanga je suis de Tchibanga.Le SGA2 du Parti Eloi Nzondo l’a bien martelé : « la politique ne se fait pas seulement dans le cœur, elle se fait avec la tête », on doit réfléchir et savoir qu’est-ce qui est bien pour nos populations et ne pas voir seulement son intérêt personnel.

Gabon Infos: Quels sont vos rapports avec les autres pedegistes de la province et ne craignez-vous pas les intrigues internes et les peaux de bananes de vos camarades?

Noël Mboumba : Je peux le dire tout de go : plutôt au beau fixe avec tout le monde, car pour la plupart ce sont mes parents, parce qu’il ne faut pas oublier que la parenté clanique chez nous et d’une manière générale chez les Bantous a l’ascendance sur la parenté de sang. Par le lien clanique c’est un secret de polichinelle, je suis petit fils Badjengui. Chez nous les Badjengui ce sont les Mboumbou Miyakou, les Ngoubou Etienne qui le savent d’ailleurs et avec qui j’ai bons rapports j’échange avec Le Ministre d’Etat sans soucis. Avec Le Ministre Alexis Boutamba c’est mon oncle je n’ai aucun souci, Le Ministre Angélique Ngoma c’est ma sœur pour qui j’ai beaucoup de respects, rapports très fraternels, Le

Vénérable Guy Noel Ngoma on a appris ensemble à Tchibangale je mange chez lui et vice versa, Le Vénérable Aurelien Mbadinga à Mougoutsi, tout comme Josué Mbadinga à Moabi, cesont des enfants de mes oncles, on s’entend très bien, le Maire Central de Tchibanga Jean Charles Yembit, tout comme le SN5 Henri Michel NZE on s’appelle de temps en temps. Bref avec tout le gotha politique Nynois j’ai plutôt d’excellents rapports. Je n’ai donc aucun problème. Si j’étais appelé à repartir dans la Nyanga, je serai comme un poisson dans l’eau, ce serait du pain béni pour le Parti, pour les populations une valeur ajoutée pour mieux préparer ensemble avec mes frères et sœurs les échéances à venir! Mais encore une fois le dernier appartient au Patron le Distingué Camarade Président Ali Bongo Ondimba.

Quant aux intrigues et éventuelles peaux de bananes des Camarades qui jouent contre notre propre camp, je pense qu’aujourd’hui la récréation est terminée, les consignes du Distingué Camarade Président sont claires comme de l’eau de roche: celui qui joue contre le camp du PDG dès que la preuve est établie est exclue du parti et la personne perd tous les privilèges et/ou fonctions qu’elle occupe. Donc avis à ceux et celles qui s’y adonnent. Ceux qui le feront seront servis. On doit tous jouer franc jeu. S’il y a des choses pas claires on doit se rapprocher des uns et des autres et obtenir des éclairages c’est cela être mature et responsable et non pas se servir des médias, de Facebook ou d’autres tribunes jeunes, associations etc… pour salir et dénigrer les autres camarades. Ca c’est et marquer dans notre propre camp.

Gabon Infos: Que dites-vous de l’assassinat lundi dernier d’une dame de 50 de nationalité Congolaise dans votre province la Nyanga?

Noël Mboumba : Je déplore cet acte odieux, je la condamne avec la dernière énergie et sollicite que la lumière soit faite immédiatement sur cet assassinat et que les commanditaires de cet acte crapuleux soient punis sévèrement. Un mort de plus c’est un mort de trop et on ne peut plus accepter que la Nyanga soit le terreau des actes et crimes rituels qui font honte à notre Province et au pays tout entier. On doit être promu par son pedigree et la force de son travail, et non en versant le sang humain. Que toutes les forces de défense et de sécurité soit mise en branle pour retrouver rapidement ses indélicats et qu’ils soient punis. On doit pouvoir par des enquêtes savoir quels sont les personnes qui étaient ce jour là du coté de la carrière SERRICOM ou l’acte a été commis. A la famille cruellement éprouvée j’adresse toute mes condoléances les plus émues et les assure de mon soutien sincère et fraternel.

Merci

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Facebook Comments