17 mois, était- ce suffisant pour qu’Alassa Appolinaire, aujourd’hui ancien DG de l’Office national des Ports et Rades du Gabon (OPRAG), réalise tout ce qu’il avait prévu ?

La question, nous la posons à tous ceux qui, comme nous, ont suivi l’oeuvre d’un patriote animé du désir non seulement de redonner à l’institution portuaire ses lettres de noblesse, mais aussi de participer, ainsi que voulu par le chef de l’Etat au développement du Gabon.

 

Le monde entier le sait pour ne pas être convaincu: le Covid-19 a constitué un véritable frein aux activités économiques dont les portuaires. Cependant, certaines entités, l’OPRAG en l’occurence, ont pu, grâce au leadership de leurs dirigeants en tête desquels Alassa Appolinaire jusque dans un passé récent, se sortir d’affaires. Ce qui nous pousse nous interroger sur ce qui a constitué le génie de cet homme qui laisse derrière lui une « famille OPRAG » éplorée.

Témoignages vivifiants à l’appui, Alassa Appolinaire aura mené à terme les projets de construction d’une route à Port- Gentil sur le budget 2020/ 2021 en dépit des difficultés rencontrées dont nous vous faisons par pudeur l’économie. Il aura également fait construire un immeuble à usage de bureaux à Owendo à Libreville dont la réception est prévue dans un mois.

Autre haut fait d’armes, la modernisation de la base logistique dans la capitale économique en PPP, projet recevable en juillet prochain. S’y ajoutent: la route de Sovingab en face du foyer des marins dont les travaux ont été lancés, il y a moins d’un an, et seront réceptionnés dans quelques jours.

Nous parlions des projets en voie de finalisation. En ce qui concerne ceux en cours, nous notons: une route en préfinancement au lieu dit Barracuda à Libreville, celle de la CIMAF à Owendo, le projet JEROBOAM- COMILOG en rade, sans compter le rétablissement du Conseil gabonais des Chargeurs (CGC), voué à une fusion avec l’OPRAG.

Tout cela en si peu de temps ! Comment ne pas reconnaître à cet homme qui a de tout temps affirmé qu’il est et restera attaché à la philosophie du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, ses mérites et lui souhaiter le meilleur à l’avenir. Pour ne pas dire que lui aurait- on demandé de mieux ?

Vinga Paul m’Ayoulou

Facebook Comments