Présidente de l’ONG BENEDICTA CANTAL et surtout promotrice de l’événement Yasmine MARAT ABYLA

Le samedi 29 mai 2021 dans la commune d’Akanda a été marqué par la cérémonie de lancement du programme NZILA WOMEN qui signifie Chemin en langue ipunu de Femme en langue , une initiative de l’ONG BENEDICTA CANTAL de madame Yasmine MARAT ABYLA en partenariat avec l’ONG FINANCESOLID dirigée par madame Gwenaëlle SIMBI.

Cette cérémonie de lancement du programme NZILA WOMEN une solution qui ambitionne de rapprocher ses bénéficiaires de la réussite a été axée autour de trois clefs inter reliées notamment un Plan de protection pour garantir l’investissement, des idées novatrices pour aider les impétrants à réaliser leurs rêves de santé financière et l’intelligence financière pour les aider à faire des choix mesurés pour atteindre des objectifs financiers viables.
NZILA WOMEN se veut un programme adapté pour contribuer à l’autonomisation économique des femmes et des filles en décrochages scolaires.
En effet, la mise en place d’une économie inclusive et durable passe par le soutien et le développement de l’entrepreunariat féminin. Le Protocole sur les Droits de la Femme, dont l’objectif est de combler les lacunes de la Charte Africaine sur les Droits de l’Homme et des Peuples dans le traitement des droits de la femme africaine, adopté le 11 juillet 2003 par l’Union Africaine à Maputo au Mozambique et entré en vigueur en novembre 2005, constitue un socle de référence dans le cadre des droits de la femme particulièrement ceux liés à son autonomisation et à sa promotion. Malgré quelques signes de progrès, l’impact sur la vie et le rôle des femmes dans le monde s’est révélé sporadique. Bien qu’elles constituent plus de la moitié de la population mondiale très peu de femmes et de jeunes filles ont accès à l’éducation et à la formation. Cependant, certaines d’entre elles, malgré tous ces aléas, ont pu s’en sortir et apparaissent désormais aujourd’hui comme des leaders sur tous les plans notamment celui de l’entrepreneuriat. Cette réussite financière, économique ne s’est pas faite sans effort et discipline et constitue à bien d’égards un secret pour ces femmes entrepreneurs. Au Gabon, suite aux exigences internationales de prise en compte des femmes, depuis plus d’une dizaine d’années, l’autonomisation de la femme gabonaise est devenue une priorité dans l’agenda du développement national. Elle est au cœur des programmes prioritaires, en 1997 le Feu Président OMAR BONGO ONDIMBA avait institué un concours dénommé « Grand prix du Président de la République » pour promouvoir les activités économiques des femmes. Dans le même élan, fidèle aux engagements internationaux de notre pays, notamment en ce qui concerne les objectifs de la Décennie de la Femme Africaine 2010-2020, et soucieux de l’épanouissement et du bien-être de la femme gabonaise, le Président de la République, a décrété lors de son passage dans la province de l’Ogooué-Ivindo en mars 2015, la période 2015-2025, «Décennie de la Femme Gabonaise ». De plus, l’autonomisation de la Femme gabonaise figure parmi les six axes fondamentaux de la Stratégie Nationale d’Égalité et d’Équité de Genre (SNEEG) adoptée au Gabon en 2010. Cette stratégie d’autonomisation est conforme aux orientations nationales en matière d’autonomisation de la femme contenues dans la Constitution du Gabon. Elle est bâtie sur des valeurs fondamentales qui sont : l’égalité, l’équité, la justice, la solidarité, la confiance, la tolérance, le respect et l’amour du prochain.

En dépit de ces efforts, il n’en demeure pas moins que des défis existent encore. Selon les données de la Banque mondiale le PIB mondial a diminué de 5.2% en 2020, ce qui représente la plus grande récession planétaire. La crise sanitaire actuelle souligne, l’urgence de prendre des mesures pour amortir le choc et protéger les populations vulnérables.

Facebook Comments