Wilfrid Okoumba, nous voulons porter à ta connaissance, au cas où tu ne t’en es pas encore rendu compte, que tes attaques peuvent souvent se révéler stériles si tes informateurs ne sont pas outillés et si tu te laisses aller à un jeu dénué de sens.

 

Ce que nous tenons à porter à ta connaissance, c’est que la redevance audiovisuelle et cinématographique (RAC), est née de l’arrêté N.00012/MCEN/2020. Un Comité de surveillance chargé de veiller à l’affectation de la Redevance audiovisuelle et cinématographique a été composé, constitué du Ministre de la Communication, du président de la Haute Autorité de la Communication (HAC) et d’un Conseiller du président de la République.

Pour que Wilfrid Okumba comprenne qu’on peut lui être d’une certaine utilité, il nous plaît de lui rappeler que la RAC est versée mensuellement aux bénéficiaires, soit 8, suivant la répartition suivante en pourcentage: Radio Gabon (12%), Gabon 24 (19%), Gabon Télévisions (19%), Télédiffusion du Gabon (10%), AGP (14%), IGIS (10%), Chef de Mission (Frais de gestion) (10%), Cellule de Production (6%).

Faut-il à la suite de ce qui vient d’être énuméré, se référer au montant attribué à chacun des organes de presse, montant à partir desquels sont déduits les pourcentages suscités.

Quand on sait, au-delà de tout cela, qu’en janvier, il a été accordé à ces médias, la somme de 146.641.000 francs, qu’en février, la dotation a été de 142. 210.000, qu’en mars, elle a été de 160.000.000 et qu’en avril, elle s’est élevée à 156. 163. 000 francs, les opérations ne sont pas toutes faites ? Et quand on sait que le montant mensuel de la RAC ne dépasse pas les 165. 000. 000 de francs CFA, comment ne pas se rendre à l’évidence qu’il y a exagération dans les chiffres avancés sous la gouverne de gens très mal renseignés et donc susceptibles de nous mettre en erreur à tout moment avec les conséquences qui peuvent en découler ?

De plus, la distribution de cette manne n’est pas du ressort du ministre de la Communication, encore moins de son cabinet, mais incombe bien au Trésor public qui vire directement les sommes allouées aux différents organes de presse via leurs comptes bancaires.

Si nous sommes d’accord par souci d’objectivité et de sincérité que la mensualité de la RAC ne dépasse pas 165. 000. 000 de francs CFA et que le virement est effectué par le Trésor public, où, diantre, Wilfrid Okoumba est- il allé chercher les 10 milliards de francs dont il rend le ministre d’Etat en charge de la Communication, responsable du détournement ? Nous savons tous qu’Edgard- Anicet Mboumbou Miyakou est à ce poste depuis décembre 2019 et que, même s’il devait être accusé de détournement d’argent en rapport avec la RAC, une somme aussi astronomique n’aurait jamais été sortie. Il n’est donc pas humain de s’investir dans des oeuvres visant juste la calomnie, la médisance…d’hommes dont vous savez ou ne savez pas grand chose dans le seul but de nuire.

Notre propos, loin de relever d’un engagement partisan, vient juste tenter de restituer les choses dans leur contexte dans le souci de démontrer à quel point notre journal entend rester responsable, dénonçant avec la manière quand elle en a les preuves.

Notre journal a, pour apporter autant de précisions utiles, entrepris, comme nous le recommande la profession, d’aller vers des personnes, physiques et morales ressources, pour glâner toutes les informations qu’il met gracieusement à votre disposition pour qu’elles nous servent à nous tous et nous évitent des débats de bas- étage qui ne riment finalement à rien, si ce n’est à traduire notre bassesse morale !

 

Amourh Cesard Ossey

Facebook Comments