Par Firmin Michel EMVO NZUE ( FMEN)

Nous avons déjà tous lu des explications et pourquoi « LA PAIX DES BRAVES » selon Guy Christian Mavioga, René Ndemezo’o Obiang et bien d’autres leaders politiques de l’opposition comme de la majorité présidentielle qui veulent bien s’approprier ce machin…

Bref. Ce qui intéresse les Gabonaises et Gabonais est de savoir que les résolutions seront bien appliquer.

 

Lorsque nous savons qu’il y’a eu un tel tapage pour le DIALOGUE D’ANGONDJÉ dont les mêmes esprits malins ont pondus des résolutions qui, jusqu’à cette date n’ont été appliqué que sur 19% et non sur 73% qu’un certain premier Ministre à Gabon 1 ère nous a fait croire.

 

Je pense à mon avis que lors de l’organisation de LA PAIX DES BRAVES par le CND, on doit suspendre ;

• Les perdiems pour chaque participant et Parti politique qui adhère à l’idée.

• Les organisateurs doivent être les Partis politiques ayant au moins un élu.

• Chaque Parti engagé dans le processus de LA PAIX DES BRAVES devra signé un engagement solennel sur le code de conduite en République Gabonaise et définir clairement son courant politique.

• Les organisateurs devraient tenir compte de la représentativité de chaque Parti politique pour la répartition des postes une fois débloquer la situation politico-réligieux et économique du pays.

 

« Et aussi de savoir que lorsqu’on fait de la politique, c’est communiquer avec les autres politiques. Je ne l’apprendrais à personne que, lorsqu’on fait la politique, la communication, le dialogue sont les premiers éléments à mettre en exergue ».

 

Comme pour certains leaders politiques du Gabon, lorsqu’il y’a une opportunité de dialoguer entre Gabonaises et Gabonais. Ils se perdent en conjecture en se mûrant dans le silence. Ne proposant que l’abstention à une idée permettant d’offrir à notre Gabon un air nouveau. À ce net moment, on ne peut prétendre être un leader politique.

 

Nous estimons qu’il sera de bon aloi qu’on ouvre le débat politique qui se trouve fermé depuis 2016.

Car, nous estimons que chaque leader politique et leurs écuries politiques ont eu le temps d’expérimenter à travers leurs monopoles de gestion managériale politique. Ils en ont certainement tiré des leçons depuis 5 ans déjà. Personne n’est sortie indemne de ce silence, pas même le Parti au pouvoir qui s’est toujours prévalu en ne mettant que ces adeptes à des postes stratégiques. Pour lui, chaque opposant doit se mettre au placard.

 

À l’exemple. Seuls bénéficient de postes ou des espèces sonnantes et trébuchantes au pouvoir PDG que les opposants qui acceptent d’être compromis dans leurs idéologies politiques. Suivez mon regard…

 

Pour terminer…

Le Gabonais n’est plus dupe de participer à un énième dialogue, juste pour faire le diagnostic que nous savons déjà et faire le buzz. Nous avons besoin d’être pragmatique dans les résolutions.

 

Aujourd’hui et plus que jamais, la jeunesse Gabonaise a à dire quelque chose et devra participer à la reconstruction de cette Nation.

Il n’y a pas que les fils d’Omar Bongo Ondimba pour prétendre qu’à eux seuls ont la science infuse pour trouver des solutions au gâchis actuel du pays. D’ailleurs, la plus part de ces fils à Omar Bongo Ondimba sont compromis d’avoir organiser l’échec, la mauvaise gestion du pays.

 

Nous acceptons LA PAIX DES BRAVES, d’accord. Mais, tout le monde devra participer une fois pour toute. Nous ne devrions mettre en marge personne. Pour qu’après ce dialogue, le Gabon passe à autre chose. Nous avons passé plus de 12 années dans les contentieux politiques, à faire la parlotte, à détourner de l’argent du contribuable, à faire ce que Dieu ne nous a jamais permis de faire de ce Gabon.

 

À quel moment devrions-nous pensé à relever notre économie ? À arranger les routes? Instituer l’État de droit, la justice ? Renforcer nos institutions républicaines ? À électrifier nos districts et villages ?

 

C’est mon avis et mes propositions pour en finir une fois pour toute avec les débats futiles.

 

Je vous remercie. Bon dimanche des Rameaux.

Facebook Comments