La colère des abonnés de l’opérateur de téléphonie mobile, Airtel Gabon est montée depuis les révélations en 2020 du journal ECOFIN, spécialisé dans l’information financière et économique. Ce journal indiquait dans l’une de ses parutions que l’opérateur « Airtel Gabon », facture la consultation du solde crédit à partir de la quatrième  consultations. Cette révélation a suscité l’incompréhension chez les abonnés qui croyaient que ce service était totalement gratuit, alors qu’en réalité à partir de la quatrième consultation, Airtel facture 10 FCFA.  

Autres griefs et non des moindres, Airtel Gabon ne dispose pas une bonne organisation capable de traiter rapidement et efficacement les réclamations des abonnés. Lorsque vous lancez votre appel en espérant avoir un opérateur au téléphone, on vous renvoie à la page Facebook.

Mais Airtel semble oublier que plusieurs de ses abandonnés des zones reculées de l’intérieur pays ne disposent pas d’un téléphone Android.

Ce comportement qualifié de voyou est-il encouragé par la filiale de Bharti Airtel, multinationale indienne?

Excédés par la perpétuelle mauvaise qualité de service d’Airtel Gabon, les abonnés accusent l’ARCEP d’être complice des actes posés par cet opérateur de téléphonie mobile

Facebook Comments