Dans le cadre d’une mission conjointe avec des organismes spécialisés des Nations- Unies, le Gabon représenté par son ministre de la Décentralisation, de la Cohésion et du Développement des Territoires, Mathias Otounga Ossibadjouo, prend part à une mission tenue du 15 au 19 février dans les provinces du Moyen- Ogooué et de la Ngounié.

 

Cette mission entre dans le cadre du programme conjoint de protection sociale conduit par plusieurs agences dont l’UNFPA, l’UNICEF, l’OMS et l’UNESCO. Programme axé sur différents points au nombre desquels, l’enregistrement des naissances et de l’état- civil, l’éducation, la santé, la protection sociale, ainsi que le bien- être des populations difficiles à atteindre et autochtones.

 

Dans l’objectif de mener à bien ce projet, l’UNFPA a impliqué le ministère gabonais de la Décentralisation compétent pour l’accompagner au moyen d’un plaidoyer auprès des services décentralisés et des collectivités locales. Ce qui permettra une prise en compte plus efficiente des priorités concernant les actions visant l’inclusion par une approche systémique en faveur des Objectifs de Développement Durable (ODD).

 

Il est question au cours de cette mission d’organiser des rencontres avec les différentes autorités politico- administratives des localités visitées et d’atteindre des cibles et des objectifs en matière de santé sexuelle et reproductive des populations autochtones et rurales du programme ODD.

 

On note qu’après avoir présenté leurs civilités au Gouverneur du Moyen- Ogooué, les membres de la délégation se sont rendus à l’ancien hôpital de Lambaréné, remettre des équipements sanitaires pour mères et enfants et ceux devant participer à la lutte contre le Covid-19 et le VIH/ SIDA. Après l’étape du Moyen- Ogooué, le ministre Otounga Ossibadjouo s’est rendu dans la Ngounié à Mouila, accompagné de M. Keita Ohashi et du Dr Françoise Ndayishimiye, respectivement Représentant Résident du Fonds des Nations- Unies pour la Population et du Bureau de l’ONUSIDA au Gabon.

 

L’étape de Mouila, non moins importante, leur a permis de se pencher sur les questions relevant de l’extension de la protection sociale pour les populations difficiles à atteindre. Mathias Otounga Ossibadjouo a également pris part à la présentation générale du projet, à un exposé essentiellement axé sur la santé sexuelle et reproductive, suivi de celui sur l’état des lieux de la situation épidémiologique du VIH au Gabon et enfin d’un autre portant, lui, sur la problématique d’enregistrement des naissances et d’établissement d’état- civil.

 

Le but ici visé est d’atteindre et garantir l’accès à la santé et à l’éducation, ainsi qu’à l’augmentation des chances de survie, d’épanouissement, de jouissance des droits et de réalisation de certains objectifs de développement durable, en s’attaquant à l’obstacle majeur que constitue l’accès des populations à la protection sociale. Ce que sous- tend la déclaration suivante du ministre Mathias Otounga Ossibadjouo: « Je sollicite donc l’implication de toutes les autorités locales, ainsi que celle de tous les responsables administratifs en charge de ces problématiques, afin de tout mettre en oeuvre pour que l’accès à tous les services sociaux, sanitaires, administratifs et de protection sociale, soit effectif sur toute l’étendue du territoire national et auprès de toutes les populations gabonaises en tous lieux où elles sont établies ».

 

Chartrin Cesard

Facebook Comments