Comment Bissagou Mounziegou, connu sous le pseudonyme de mars de Paul, est-il passé de vie à trépas ce 13 décembre 2020 ? C’est la question qui taraude les esprits au village Panza, bourgade du département de la Doutsila, province de la Nyanga.

 

Des sources proches de la famille racontent que mars de Paul, avait eu une chaude dispute avec sa femme. Et depuis 6 mois les relations s’étaient détériorées entre eux. L’homme était extrêmement jaloux.

Il devenait même violent envers sa compagne, il ne se gênait pas d’avoir publiquement des propos injurieux à l’endroit de sa femme. Cette dernière se sentant humiliée par ce comportement répréhensible de son conjoint, la conjointe prit la décision de ne plus dormir sur le même lit que son mari, et ce, jusqu’à ce que la situation trouve une solution.

Dans sa jalousie le défunt soupçonneux envers l’un de ses congénères, l’accusant d’entretenir une relation adultérine avec son épouse. Ironie du sort l’accusé lui devait une somme d’argent, qu’il avait réclamé la veille. Ce dernier lui demanda d’être un peu patient. Ayant récupéré son argent, il va passer toute la journée à consommer les alcools.

C’est en début d’après-midi qu’il rentre à la maison avec une boîte sardine, il va lui-même faire la cuisine, vu qu’il ne mangeait plus la nourriture de sa femme.

Repas terminé, il va payer son bon chez la voisine en lui signifiant publiquement qu’il était en train de partir, mais où ?.

Revenu chez lui, il rentre dans la chambre, prend son calibre 12 et 3 cartouches double zéro, puis sort dans la cours et tire deux coups de feu en l’air tout en disant ce qui lui passait par la tête. Devant un tel spectacle, sa femme et les enfants se sont réfugiés chez le voisin à 200 m de là. Le voisin d’en face prit son courage en allant essayer de lui arracher l’arme à feu. Mais il ne put rien devant le gabarit imposant du défunt. Il repartit alors chez lui après cette vaine tentative. Quelques minutes après, Sieur Bissagou va rentrer dans sa chambre et se tire un dernier de feu au niveau du thorax. Ce dernier coup de feu lui sera fatal.

À Panza c’est le désarroi total.

 

Facebook Comments