Le cri de cœur des communautés religieuses, nouvelle menace de rouvrir les lieux de culte le 27 août prochain ! Les communautés religieuses du Gabon, n’en peuvent plus d’être sans exercer leurs activités ecclésiastiques suspendues au lendemain des mesures de restrictions prises par les autorités face au risque de propagation du coronavirus.  

Aussi, regroupées au sein d’un collectif des communautés, ministères et églises pentecôtistes, charismatiques et de réveil et églises affiliées, elles ont poussé à nouveau un cri de cœur.

Alors qu’elles sont privées de prier et de célébrer Dieu sur leurs les lieux de cultes respectifs, les communautés religieuses ont menacé samedi 12 septembre à Libreville, pour la deuxième fois consécutive de rouvrir ceux-ci le 27 septembre prochain.

Elles ont insisté que la réouverture serait pour cette date choisie malgré une décision gouvernementale de les maintenir fermés face au danger du Covid-19.

« Les communautés religieuses que nous incarnons sont à bout de patience et ne pourront supporter de vivre cette injustice sans aller adorer le Créateur dans les temples, et qu’elles tiennent à reprendre le chemin de l’église », a clamé le porte-parole dudit collectif, l’Archevêque Jean Baptiste Moulaka.

Revenant sur la promesse du gouvernement par la voix de son Premier ministre sortant, Julien Nkoghe Bekale, d’ordonner la réouverture ces lieux de prière le 26 juillet dernier, il a déploré le fait que cela n’aurait pas été respecté. Il perçoit également mal le fait que certaines autorités politico-administratives initient des tournées provinciales à l’occurrence, le ministre de la santé, Dr Guy Patrick Obiang Ndong, qui lui-même était à la tête du Comité de pilotage et de riposte contre le coronavirus sans que les mesures barrières mises en place ne soient respectées.

Alors que si cette mesure de fermeture des temples ne soit toujours pas levée, c’est parce qu’il faut faire appliquer ces mesures barrières. Pour rappel, les leaders religieux avaient déjà menacé quelques semaines plutôt de braver la mesure de restriction, en ouvrant de force les temples avant d’être reçu par le Premier ministre sortant avec qui ils ont échangé longuement sur la question à son cabinet de travail.

Lors de son agresse à la Nation le 16 août dernier, le président de République, Ali Bongo Ondimba, avait annoncé pour bientôt la réouverture des lieux de cultes. Mais près d’un mois plus tard, rien n’a pas bougé dans ce sens. Ce qui fâche les fidèles et leurs encadreurs spirituels.

 

ERAM/WAN

 

 

Facebook Comments