Des éléments de force de police affectés à l’USI et au commissariat de Nkembo sèment la terreur dans le 2e arrondissement de Libreville.

En effet, il ne se passe plus un jour sans que les policiers sensés protéger les populations ne viennent racketter de pauvres petits commerçants et commerçantes des quartiers du 2e arrondissement.

Tous les jours, ils vont à la chasse des tenanciers de petits commerce qui ne cherchent qu’à joindre les deux bouts en cette période de crise sanitaire. Alors que les mesures d’accompagnement prévues et annoncées par le gouvernement n’ont pas été suivies par des actes concrets.

Les populations sont abandonnées à elle-même, l’émergence des petites activités commerciales est le seul moyen de survie de ces dernières.

Malheureusement, nos fameux policiers sans vergogne ne veulent rien savoir, ils prennent au quotidien des sommes allant de cinq à deux cent mille francs CFA pour des motifs très fallacieux et ce avant même l’heure du couvre-feu. C’est à croire qu’ils ont déjà largement pris goût au vol déguisé, pouvant pousser les populations à la révolte. Ne dit-on pas qu’un ventre affamé n’a point d’oreilles ? Que les responsables de la police prennent enfin le taureau par les cornes pour juguler le mal qui est profond et encré dans les habitudes de nos policiers.

 

 

Facebook Comments