Le secrétaire d’État chargé des Sénégalais de l’extérieur Moïse Sarr est monté au créneau. Il exige une enquête en bonne et due forme au sujet de l’assassinat d’Harouna Sidy Sy, survenu le 21 août dernier à Franceville au Gabon.

Trois jours après l’acte criminel, le Sénégal exige que la lumière soit rapidement faite sur ce crime odieux. Dans un message relayé par SeneNews le 24 août, le secrétaire d’Etat est formel. Son pays reste sur sa « position qui n’a pas changé concernant cette affaire. Au contraire, elle est prise avec plus de rigueur. »

Le membre du gouvernement exige par conséquent que « les auteurs de ce crime soient rapidement traduits devant la justice gabonaise et sévèrement punis. » Le Sénégal « usera de tous ses pouvoirs afin que justice soit faite pour les Sénégalais tués dans la diaspora. »

gé de 51 ans et commerçant de profession, il a été assassiné par des jeunes l’ayant braqué dans sa boutique aux environs de 19 heures. Très affecté par les coups et blessures subis, il a rendu l’âme, quelques minutes après son évacuation à l’hôpital.

Ce meurtre n’est pas le premier. D’après Samba Fall, le président de la colonie sénégalaise de Franceville, les agressions sont devenues récurrentes sur les Sénégalais au Gabon. « En 2017, un de nos compatriotes du nom d’Amadou Bâ a été sauvagement tué dans sa boutique, son corps mis dans un frigo. On n’a pas eu de suite à ce dossier puisqu’on n’a toujours pas mis la main sur ses agresseurs. Une autre agression a eu lieu le 18 août 2020 sur Amadou Konté, originaire Nguidjilogne. Il a été agressé dans sa boutique. Heureusement, il a été sauvé par les voisins. L’auteur de l’agression a été présenté à la police et va être déféré. »

Certes, il y a lieu de s’élever contre des actes criminels. Cependant, il faut raison garder face à la montée de la criminalité. Ce ne sont pas des personnes qui sont visées selon leur nationalité. Il s’agit plutôt de crapules qui outrepassent leurs actes et tombent dans le registre de la criminalité. La justice doit se prononcer et l’opinion sera édifiée.

 

 

Facebook Comments