La confédération gabonaise des syndicats libres (CGSL), a au cours d’un point de presse vendredi 21 août 2020 à Libreville son intention de rentrer en grève dans le secteur du transport aérien.

 

« Devant l’aggravation de la cnse qui menace les emplois des travailleurs du secteur privé ainsi que la vie de leur famille, la confédération Gabonaise des Syndicats Libres (CGSL)membre affilié à la Confédération Syndicale Internationale (CSI)ne saurait être indifférente. C’est pour cette raison qu’elle a choisi, une fois de plus, d’interpeler  le Gouvernement sur le risque de suppression d’emplois dans le s secteur aérien.

Le gouvernement avait dans un arrêté

n00056jMTEIHj2020 pris des restrictions sur le nombre de vols domestique. Pour la CGSL, cette disposition est une des s sources indéniables des problèmes que rencontre les compagnies de transports aériens du Gabon.

 

La disposition prévoyait deux vols par semaines pour les compagnies aériennes internationales et deux vols pour les compagnies locales, elle place de facto ces compagnies au même niveau, comme si elles font face aux mêmes réalités, a indiqué Jean Claude Bekale, président de la Conféderation gabonaise des syndicats Libreville (CGSL).

 

 » Nous avons de bonnes raisons de penser que cette disposition est

inéquitable et pas avantageuse pour les compagnies aériennes

locales.

Pour preuve, l’offre des sièges de compagme locales est de cent (200) contre deux mil quatre cents (2400) sièges pour les vols internationaux.

Est-il besoin de rappeler que les deux vols par semaine autorisés aux compagnies aériennes locales ne représentent que moins 20/0 de l’activité de l’ensemble desdites compagnies.

De plus, la mise en application au 31 juillet 2020 de l’arrêté 017jMTIj2019 du 13 septembre 2019, a suspendu l’exploitation de plusieurs opérateurs avec pour conséquence immédiate :

Une forte réduction de l’offre en capacité passagers et frets pour les compagnies locales;

– Et, une perte sèche de 250 emplois.

En cette période de crise sanitaire et de paupérisation des populations, la préoccupation majeure du gouvernement doit être la sauvegarde des emplois.

La lutte contre la pandémie du covid-19, ne saurait reléguer les problèmes économiques ,etsociaux au dernier rang »

 

Puis de menacer de rentrer en grève sibérien n’est fait pour régulariser la situation.

 

« Si le gouvernement, n’apporte pas une reponse urgente a cette .

situation, les conséquences à très court terme seront:

– La disparition des compagnies aériennes locales;

– La perte de plus de 1000 emplois directs, sans compter les

emplois indirects;

L’augmentation du chômage et l’aggravation d’une Crise

sociale déjà insoutenable pour les familles des travailleurs;

– Le blocage des infrastructures des aéroports intérieurs.

Si le gouvernement, n’apporte aucune solution satisfaisante et immédiate à cette situation, il portera seul la responsabilité devant l’histoire ».

Tout en invitant le gouvernement à revoir sa copie.

 

 » La Confédération Gabonaise des syndicats libres, invite le gouvernement de la République à rechercher l’équilibre entre les

mesures de protection des citoyens contre la riposte du covid-19 et les mesures visant à maintenir la cohésion économique et sociale  du pays. Les deux objectifs sont consubstantiels et donc indispensables.

C’est pourquoi, nous demandons au gouvernement de prendre les

mesures suivantes :

1)La modification de l’article 2 de l’arrêté n00056/MTEIH/2020 pour lever la restriction sur le nombre de vols domestiques autorisés par compagnie a l’instar des autres modes de transport;

2)La prorogation de la date d’application des délais fixés de l’arrêté 017/MTT/2020 du 13 septembre 2019 faisant obligation aux immatriculer compagnies les avions de droit gabonais à au registre gabonais d’immatriculation ;

3)D’assouplir les conditions qui permettent aux erttreprises de bénéficier des mesures d’accompagnement annoncées par le Chef de l’Etat le 2 avril 2020 ;

Face à la gravité de la situation, le gouvernement doit plus que par le passé prendre en considération les revendications légitimes des organisations des travailleurs.

Nous travailleuses et les travailleurs sommes conscients que c’est l’engagement et la responsabilité de chacun d’entre nous que dépend la santé de tous.

C’est dans cet esprit que les délégués du personnel et syndicaux des compagnies aériennes membres affiliés a la CGSL accompagnent par le biais de leur entreprise respective l’effort de la lutte contre la covid-19.

Pour information, en plus du.respect des mesures barrières, les tests du covid-19 agréer par le Ministère de la santé sont déjà opérationnels dans la compagnie Afrijet et s’installe dans d’autres

agences »

 

 

Facebook Comments