Lettre ouverte d’un parent d’élève au ministre de l’éducation face à son refus d’autoriser les élèves exclus à passer le baccalauréat.

Monsieur le Ministre,

J’ai l’honneur de m’adresser à vous en tant que parent d’élève afin d’exprimer mon indignation absolue quant au mépris que vous infligez aux parents d’élèves.
J ‘exprime mon désarroi et ma perplexité devant la décision de reprise des cours aux élèves des classes de terminale depuis le 20 juillet 2020 et de l’examen du baccalauréat le 20 août 2020 sachant qu’il n’y a pas eu cours durant tout le 3eme trimestre et le second trimestre a été inachevé. Quelle motivation pour nos enfants et les enseignants qui sont restés confinés pendant 4 mois, à cause de la pandémie du corona virus, et avec quel niveau ? Ce confinement qui nous a d’ailleurs tous traumatisé. Comment ferez vous pour rattraper les trimestres perdus (2eme et 3eme ) , que d’élèves mal formés avec beaucoup de lacunes!

Monsieur le Ministre,

L ‘école est un droit fondamental de l’homme, un droit de 1ere génération garanti par notre constitution.
L’école est le pilier de la communauté nationale.
C’est le savoir sur l’ignorance.
Sauver l’école, c’est sauver la nation.
Les enfants sont appelés à devenir mieux que leurs parents et sont l’avenir d’une nation.
Devant la situation d’incertitude sur la pandémie du corona virus où nous parents d’élèves ne sommes pas rassurés quant aux chiffres en augmentation donnés par le COPIL qui nous laissent dubitatifs et perplexes et , malgré votre entêtement à faire passer l’examen du baccalauréat sans tenir compte des observations des partenaires sociaux, comment allez vous procéder pour faire respecter vos propres décisions pour lutter contre la pandémie du covid 19 à savoir :
– le respect des mesures barrières : port obligatoire du masque, désinfection des mains au gel hydroalcoolique, lavage des mains avec l’eau et le savon, thermoflash pour la prise de température, distanciation physique de 1 mètre.
– interdiction de regroupement de plus de 10 personnes dans chaque salle d’ examen qui doit contenir les élèves et les enseignants qui surveilleront .
Quel est l’objectif poursuivi ?
Cette pandémie a d’ailleurs mis à nu les précarités dans le secteur éducation et confirmé le sabotage délibéré de ce secteur par les gouvernants qui ont progressivement bloqué l’ascenseur social qui est l’école républicaine .

Monsieur le Ministre,

La politique est l’art de gérer et de gouverner la société. Elle se fait dans un environnement respectueux et non dictatorial ou de barbarie.
Le pouvoir n’a jamais considéré les parents d’élèves, partenaire de l’éducation ni les prendre en compte dans les décisions qui sont prises.

Monsieur le Ministre,

L’excellence que vous prônez restera une vaine incantation tant que les droits des partenaires de l’éducation (élèves, enseignants, parents d’élèves ) ne seront pas respectés et tant que le système éducatif sera précaire dans notre pays. Cette excellence restera un vain slogan tant que notre pays présentera l’image d ‘un système où les lois ne sont respectées et où les partenaires de l’éducation ne sont pas pris en compte, d’où la nécessité d’une gouvernance participative si vous voulez réussir. Il n’y a pas eu concertation avec tous les partenaires de l’éducation. Les enseignants existent parce qu’il y a nos enfants, les élèves. Les gouvernants n’existent qu’à cause des gouvernés dont nous les parents. Pourquoi tant de mépris ?

Monsieur le Ministre,

On ne construit pas un État de droit sur une culture de mensonges. On ne bâtit rien sur l’ignorance. Il n’y a pas de honte à reconnaître qu’on s’est trompé, qu’on a échoué.

Monsieur le Ministre,

J’ai l’honneur de soumettre ces questions et ces observations à votre méditation et vous exhorte à une prise de conscience afin que vous en tiriez pleinement les conséquences car vous assumeriez la responsabilité devant la Société et devant l’Histoire.

Je vous remercie.

Dr Sylvie NKOGUE,
Parent d’élève.
Fait à Libreville, le 19 août 2020

Facebook Comments