Des coups de feu ont été entendu à Katia à une dizaine de kilomètres de Bamako, ce mardi 18 août dans une caserne militaire. Plusieurs hommes en treillis, annonce l’Agence France Presse.

« Ils étaient nombreux et très nerveux », selon un médecin de l’hôpital de Kati interrogé par l’AFP.

L’ambassade de la Norvège a évoqué une minuterie au sein de l’armée et demande comme la France a leurs ressortissants de rester à la maison.

On parle aussi de rassemblement devant la place de l’Indépendance, lieu symbolique des manifestations contre le pouvoir depuis le 5 juin.

Selon l’agence DW, la situation reste confuse.

« De sources concordantes annoncent l’enlèvement du nouveau ministre de l’Economie et des Finances Abdoualye Daffe ce matin à son bureau »

 

L’état-major des armées serait aussi sous le contrôle des militaires de la garde nationale conduits par le colonel Sadio Camara, l’ancien directeur du Prytanée, l’école militaire de Kati. Des pillages sont d’ailleurs signalés à Kati et des évacuations ont eu lieu dans la cité administrative de Bamako, note la Deutsche Welle.

Une colonne serait en route vers l’ORTM, la radio-télévision nationale, dont le personnel a été évacué. Le chef d’état-major de la garde nationale aurait aussi été arrêté, indique la DW.

 

 

 

Facebook Comments