Le 1er août prochain, le Directeur de publication du média en ligne » L’Objectif.com », Jean- Claude Afa’a, se présente à l’élection à la présidence du Réseau national des journalistes indépendants.

Le Réseau national des journalistes indépendants ( RENAJI) est une plate- forme réunissant des journalistes, ayant pour ambition de fédérer l’ensemble des communicateurs et pour objectif de défendre leurs intérêts, cultiver la solidarité et l’entre- aide et encourager la formation et le perfectionnement des communicateurs.

Les motivations du postulant à sa présidence sont de plusieurs ordres.
Il est dans l’intention du candidat de sortir le REGAJI des sentiers battus sachant que de nombreuses associations de journalistes existant déjà ne travaillent pas essentiellement à défendre les intérêts de la corporation et même l’organisation patronale ne semble pas trop prendre en compte les problèmes rencontrés par les journalistes. Sous sa conduite, soutient Jean- Claude Afa’a,
le Réseau qui se veut fédérateur se mettra réllement au service des agents des médias. L’adhésion est volontaire et individuelle. Quoiqu’il en soit, l’ensemble des communicateurs des médias publics et privés est invité à y adhérer pour renforcer l’élan de solidarité, nécessaire à une meilleure revendication des droits des journalistes. Le Réseau sera pour cela toujours à leur chevet, ce pourquoi aucune barrière n’est érigée pour empêcher l’entrée de quiconque. Le projet du candidat s’inscrit dans la logique de la défense des droits des journalistes, partant des communicateurs, lui, ayant constaté que les intérêts des patrons des médias ne sont pas les mêmes que ceux des journalistes. Son slogan de campagne est centré sur le RESPECT. « Le journaliste doit se respecter et se faire respecter. Le respect ne s’impose pas, on le mérite. Si le communicateur ne se respecte pas, personne ne le fera à sa place. Pour y arriver, il faut une prise de conscience collective de la corporation. Ce n’est pas que l’affaire du président ou du bureau exécutif. Nous allons donc mettre un accent particulier sur la formation et je voudrais dire l’auto- formation. Un journaliste bien formé ne s’adonne pas à certaines pratiques et garde une certaine stature qui lui permettra de valoriser son potentiel. Le RESPECT devrait nous amener à nous faire entendre à travers une convention collective devant permettre à terme de valoriser le statut du journaliste.

Avec cette convention collective, les journalistes ne seront plus payés en monnaie de singe. Ils devraient avoir droit à un contrat de travail, une assurance et d’autres garanties pour qu’ils puissent s’assurer de leur existence et de celle de leur famille.
Bref, RESPECT est le maître mot, avec R comme Responsabilité, E comme Engagement, S comme Sécurité, P comme Persévérance, E comme Entre- aide, C comme Convivialité et T comme Travail. Ces thèmes seront développés durant la campagne », avance avec conviction Jean- Claude Afa’a.

Chartrin Cesard

Facebook Comments