Depuis quelques jours, les états-majors de l’opposition se réunissent, histoire de préparer la présidentielle de 2023. Il est prévu dans les prochains jours la naissance d’une nouvelle coalition de l’opposition, pour choisir le candidat qui sera en face à celui du pouvoir.

Plusieurs anciens soutiens de Jean Ping en 2016, ont décidé de se regrouper autour d’une nouvelle coalition pour faire barrage au candidat du pouvoir.

L’information n’est pas encore officielle, mais les bruits de couloirs circulent déjà.
Il y a quelques jours à l’invitation de René Ndemezo’o Obiang, plusieurs anciens soutiens de Jean Ping se sont retrouvés au domicile d’Angondjé de l’initiateur de la rencontre.
On parle d’Alexandre Barro Chambrier, du Rassemblement pour la patrie et la Modernité (RPM), Jonathan Ignoumba des Démocrates, le RPG de MBA Abessolo pour ne citer que ceux-là. Moukagni Iwangou quant à lui a avait été représenté.

En 2016, l’ancien président de la Commission de l’Union africaine, Jean Ping, avait été désigné, « candidat unique » par le Front de l’opposition pour l’alternance (Fopa).

Une vingtaine de cadres du Fopa, la principale coalition d’opposition de l’époque au régime du président Ali Bongo Ondimba, avaient choisi Jean Ping lors d’un vote à huis clos.

Les opposants au régime de Libreville veulent rebeloter l’expérience de 2016. Jean Ping était arrivé en deuxième position derrière Ali Bongo selon les chiffres officiels. Des résultats constatés jusqu’alors par une grande partie de l’opposition et par l’opinion.

Facebook Comments