Sont-ce les pesanteurs que cultivent de nombreux compatriotes avec qui des sujets étrangers partagent les vues, qui sont en partie à l’origine des malheurs de la République? La question mérite d’être posée lorsque l’on tient compte de certains comportements, hélas encore récurrents.

Autant de nombreux évènements nous ont laissé insensibles, autant beaucoup d’autres, peut- être plus importants, nous ont interpellés au point de ne pas nous laisser insensibles. La question de la majorité d’entre nous, nous nous sommes posés est bien celle de savoir qu’est- ce qu’il adviendrait de nous si nous continuons d’observer le mutisme dans lequel nous nous sommes parfois volontairement enfermés.
S’est- on un seul instant demandé combien de Gabonais sont aujourd’ hui privés d’emplois malgré le discours tenu par les autorités gabonaises dont la première des Institutions, le président de la République, Ali Bongo Ondimba, qui appelait les responsables d’entreprises à tout faire pour apaiser le climat social pendant cette période de crise sanitaire.

C’est ici que naît notre grand étonnement, car quel voix dans la République peut s’opposer à celle du chef de l’Etat? Or, semble- t- il, c’est ce que nous avons l’air de constater à travers le comportement d’un certain Pierre Studer, attention de ne pas confondre avec le   » Pierre » des écritures bibliques sonnant la piété du christianisme, qui se montre plutôt dangereux, irrévérencieux et irrespectueux des instructions données par le chef de l’Etat pour qui l’apaisement doit prévaloir où que ce soit. En effet, le patron de  » Caroil Gabon » développe des vélléïtés dictatoriales qui l’ont même conduit à mettre au chômage plus de 51 Gabonais. Pour ceux qui le découvrent, Pierre Coster est le Directeur général de
 » Caroil Gabon », société basée à Port- Gentil.

Pour des raisons économiques, ce dernier a sollicité du Directeur provincial du Travail, le licenciement de plus de 51 employés. Le bouillant Directeur provincial, Armel Olende, fera à travers une correspondance, une série de rappels au DG de  » Caroil Gabon » dont morceaux choisis:  » une enquête menée au sein de votre entreprise et auprès des délégués du personnel fait ressortir que vous ne vous êtes pas conformés aux dispositions de l’article 59 du code de travail en vigueur. Le procès verbal de concertation qui est une pièce fondamentale dans le dossier de votre projet, souffre d’absence de signatures des délégués du personnel. Par ailleurs, sauf omission de votre part, votre dossier est muet sur l’impact économique et financier des contrats perdus sur les sites de vos patenaires.
Au regard de ce qui précède, je constate qu’il n’est pas possible de faire droit à votre demande: votre requête est donc rejetée », fin de citation.

En dépit de cette décision de l’Inspection du travail et de celle de l’Organisation nationale des employés du pétrole ( ONEP), Pierre Studer s’est arc- bouté sur sa volonté de renvoyer les employés. D’après un salarié de l’entreprise, « la gouvernance prédatrice du système PDG garantie par Ali Bongo Ondimba serait l’une des catastrophes de l’histoire du Gabon ».

Chartrin Cesard

Facebook Comments