Suite à notre article intitulé : « RÉFORME DU BAC : LE GRAND MÉNAGE DE MOUGUIAMA« , des voix ses sont levées pour appelé le ministre de l’Éducation Nationale à revoir sa stratégie pour véritablement toiletter le système éducatif gabonais qui semble faire du sur place et arrêter de tourner en rond.

Parmi ses voix disconcordantes, nous avons retenu l’exposé d’un étudiant gabonais au Maroc. Qui estime pour sa part que le ministre n’a pas touché les vrais problèmes qui minent le système éducatif gabonais. 

Notre étudiant, ayant requis l’anonymat, explique qu’en réalité que le ministre de l’Éducation nationale, fait fausse route. En l’invitant à accentuer sa réflexion ailleurs.

 » Le ministre dit, aux grands maux, les grands remèdes faut lui dire d’arrêter de prendre les élèves et étudiants gabonais pour des paresseux et des incompétents, s’il veut vraiment rehausser le niveau et l’image de l’enseignement Au Gabon.Il doit aller toucher le mal à la racine. Car rejeter les dossiers des examens n’empêchera pas à ces élèves de se présenter à nouveau. Et la corruption dont il parle commence d’abord au sein de son organisation. En Gros pour résoudre le problème du système éducatif gabonais, il nous faut des enseignants de qualité et des structures scolaires de grande capacité, et d’une réactualisation du programme scolaire. Le plus gros problème se situe au niveau des structures universitaires, dans lesquelles la logique du mérite n’y est plus. Le ministre exige des résultats de qualité, mais est ce qu’il met les moyens de qualité pour les obtenir ?

 S’il veut vraiment changer le système éducatif gabonais, il doit aller à la racine du problème et éviter qu’il y ait des fuites au sein de son organisation.

 Tout ceci s’explique par les politiques qu’adoptent les gouvernants, à savoir : mettre quelqu’un qui ne sait pas enseigner à la place de celui qui connaît. Cette stratégie est mauvaise pour ma part. Pour y arriver, nous devons arrêter avec le clientélisme, et la corruption, c’est par là que nous commencerons à améliorer le système éducatif gabonais, pour un essor vers la félicité ».

Facebook Comments