Les agents de l’Office des Rades et Ports du Gabon (Oprag), souhaitent un meilleur rayonnement de l’entreprise. Tout en invitant la nouvelle équipe,à œuvrer pour le rayonnement de l’autorité portuaire, en préservant des nombreux acquis engrangés par leurs prédécesseurs.

Selon des nombreuses informations glanées auprès du personnel, depuis 5 mois, donc après l’arrivée du nouveau directeur général de cette boîte, les choses semblent se détériorer. L’actuel patron de l’Oprag, ne se concentrerait pas sur l’épanouissement de la société en charge de la gestion des ports et rades du Gabon.

 

Oubliant parfois que cette entreprise existe depuis belle lurette, et des nombreux acquis sont l’œuvre des ses prédécesseurs. Constat fait, l’homme diaboliserait les équipes dirigeantes passées.

Veut-il occulter l’histoire ? Oui. Alassa, se comporte en juge des bilans passées. Histoire de salir l’image de ces prédécesseurs.

Le Dégé se sépare systématiquement des collaborateurs ayant été exercé dans les équipes dirigeantes antérieures.

Ancien Directeur Financier, Alassa, n’aurait pas digéré sa mise à l’écart par les successeurs de son mentor Rigobert Ykambouyat Ndecka. Promu Directeur général au Conseil des ministres du 29 janvier dernier, Allassa aurait pris pour cible, tout ceux qui ont participé de près ou de loin à cette mise à l’écart. C’est ainsi que, non seulement les proches de ses prédécesseurs (Saîd Abeloko et Landry Régis Laccruche Lélabou) sont dans son viseur. Une campagne de sabotage des bilans de ces derniers est aussi insidieusement organisée. Objectif, faire croire à l’opinion et aux autorités compétentes que ceux-ci n’ont rien fait, ou qu’ils ont plomber la bonne gestion de cette entreprise.

Or, pour plusieurs observateurs, au regard du temps mis par le Directeur général sortant, l’on peut affirmer sans risque de se tromper que ce bilan est largement satisfaisant.

 

L’on se souvient des deux ans de gestion de l’Oprag par Landry Régis Laccruche. Selon les agents, ce dernier aurait donné à la boite l’espoir d’une transformation totale de cette entité.

Les choses se dessinaient pour un meilleur rayonnement de l’Oprag, malheureusement son nom avait jouer contre lui.

Grâce à son réseau de partenaires, il avait réussi à intéresser les partenaires au Gabon. Pour preuve, des conventions ont été signés.

 

l’Oprag a même réussi à enregistrer pour l’année 2019, un bénéfice net de plus de neuf cent cinquante cinq millions de FCFA (950.000.000), soit un chiffres d’affaires en hausse de 30% par rapport à 2018. Fait inédit pour l’histoire de la boîte.

 

 

 

 

 

Facebook Comments