Les populations de la Mougalaba (Guietsou) cherchent leur préfet. Depuis plusieurs mois maintenant, l’autorité départementale, M. Albert Mayombo Ifounga a déserté son lieu d’affectation. Aux dernières nouvelles, il se serait installé définitivement à Mouila, chef-lieu de la province de la Ngounié. Gérant ainsi, approximativement, son commandement hors de sa juridiction. Une première qui révolte les populations locales, qui trouvent cette attitude irrévérencieuse à leur égard. D’après ceux qui le côtoient, le préfet raconte qu’il n’avait pas demandé à travailler dans un coin aussi perdu et enclavé.

D’où son choix (du reste défiant à l’égard de sa tutelle) de piloter son service à distance. Déconnecté de toutes réalités. Plutôt que de rester à Guietsou. Conséquence directe : des dossiers urgents s’amoncellent le préfet étant porté disparu. Devant le courroux des populations qui demandent son remplacement, il accuse le chef de canton (qui se trouvait heureusement à Bongolo soigner son fils malade) d’être à l’origine de la levée des boucliers. Pour tenter d’éteindre ce feux ardent, il vient de louer les services du chef de regroupement du village Idemba, Christophe Ndombi. Le manège consiste à l’aider a rallier le maximum des riverains à sa cause. La liste de sera ensuite envoyée au gouverneur, à qui il veut faire croire qu’il aurait encore la côte dans le landerneau. Mais le gouverneur sait, qu’à Guietsou, le divorce entre le préfet Mayombo Ifounga et ses administrés est consommé depuis longtemps. Désabusées, les populations se promettent de passer à la vitesse supérieure si l’autorité de nomination persiste à le maintenir en poste à Guietsou.

Facebook Comments