C’est au cours d’un point de presse tenu ce samedi 30 mai 2020 à Libreville, que le syndicat national des travailleurs du secteur social (SYNATRASS), a exigé le paiement de la PIP 2015. Estimant que d’autres ont déjà été payé. Nous publions inextenso la déclaration de ce syndicat.,

Travailleurs, agents du Ministère en charge des solidarités nationales, mesdames, messieurs, Depuis le deuxième trimestre 2015, les agents de l’Etat que nous sommes, attendons toujours que la prime d’incitation à la performance (PIP) nous soit payée comme cela avait déjà été fait pour d’autres administrations.

Travailleuses, travailleurs, messieurs les gouvernants, en réclamant le paiement de la PIP 2015, le SYNATRASS n’est point dans une démarche de mendicité, nous ne demandons pas l’aumône, nous réclamons un droit acquis, un droit dû. Notre attitude, toutes les démarches administratives entreprises jusqu’à ce jour prouvent à n’en point douter la bonne volonté des agents du Ministère des affaires sociales, à maintenir la stabilité sociale dans notre secteur d’activités. Malheureusement, face à l’indifférence du gouvernement, le SYNATRASS a décidé au terme d’une assemblée générale tenue le 6 Novembre 2019 à Libreville, le dépôt d’un préavis de grève qui effectivement sera lacée le 26 Novembre 2019.
Travailleuses, travailleurs, mesdames messieurs, après le dernier remaniement ministériel, le Ministère en charge des solidarités nationales s’est vu détaché de celui de l’économie, avec à sa tête un nouveau ministre qui sollicita du SYNATRASS la suspension pour quelque temps de son mouvement de grève. A l’examen de cette demande au cours d’une assemblée générale, deux semaines furent accordées au nouveau chef de notre département ministériel.
Sans doute, madame le ministre a déployé des efforts dans le sens de faire aboutir ce dossier, néanmoins nous observons que nous sommes face à l’évidence :
L’évidence d’un gouvernement dont les instructions du chef n’ont de l’importance que pour lui-même ;
L’évidence d’une gouvernance sinique ; L’évidence d’un pays où la chose publique est confondue à la chose familiale. Non monsieur le ministre des finances Jean Mari OGANDAGA ! le premier ministre a reçu l’accord du président de la République de payer la PIP à la santé, aux Affaires Sociales et à L’hàbitat. Non monsieur Jean Mari OGANDAGA, le premier ministre vous a instruit de respecter la volonté’ du Président de la République, chef de I’Etat, relative à l’épuration de cette dette. Mais vos avez décidé en toute liberté de ne satisfaire qu’une administration au détriment des autres, et cela s’appelle de l’injustice.

Quel est ce prétexte fallacieux que le fichier des affaires sociales comporterait les noms des décédés, et qui vous empêcherait de liquider un montant de huit cent soixante-quinze million six cent quarante sept mille huit cent deux francs au profit d’à peine trois mille bénéficiaires.
Monsieur le ministre, nous ne savons pas quand vous allez arrêter la mort aux affaires sociales pour que le fichier soit en fin propre.
Sur ce, à défaut d’un texte légal qui ferait perdre un drdit acquis à un agent décédé, le SYNATRASS refuserait toujours de se plier devant cette façon de faire. C’est iour nous l’occasion d’interpeler le premier ministre chef du Gouvernement de rappeler son collaborateur ministre des financés à l’ordre pour que la PIP soit payé non seulement aux affaires sociales mais aussi au ministère de l’habitat qui l’attendent depuis bien longtemps. Si ce n’est pas fait, monsieur le premier ministre, l’autorité de l’Etat n’aurait plus de sens dans notre cité.
Par rapport à la nouvelle prime liée au Covid-19 annoncé par son excellence Monsieur le Président Ali BONGO ONDIMBA, le SYNATRASS tient à dénoncer un rapport biaisé fait au président sur la situation réelle de la lutte contre cette pandémie dans notre pays. C’est l’occasion pour le SYNATRASS de saluer la vision de dynamique unitaire sur la nécessité d’octroyer une prime spéciale aux acteurs de premiers plan dans la lutte contre la Covid-2019 : ce sont les personnels des affaires sociales et ceux de la santé.
Qui peut minimiser les risques encourus par les agents du ministère des affaires sociales qui, depuis le 14 mars 2020 parcours tous les quartiers du grand Libreville, ambrassent ainsi la maladie sans protection aucune, sans un sous ?

Et que dire de ces compatriotes bénévoles qui ont décidé d’apporter leur pierre à l’édifice dans le cadre de la banque alimentaire ?
Excellence monsieur le Président, chaque compatriote a besoin de voir ses efforts pour la nation être reconnus et encouragés par la première institution que vous incarnez.
Travailleuses, travailleurs, le SYNATRASS invite très respectueusement monsieur le premier ministre à prendre en compte les agents du ministère des affaires sociales dans la mise en œuvre de l’indemnité Covid-19.
Dans l’espoir que le paiement de la PIP soit effectif dans les tous prochains jours, le SYNATRASS remercie d’avance la compréhension du premier ministre de réparer cette énième injustice, le cas échéant le SYNATRASS se réserve le droit d’entreprendre toutes actions nécessaires à l’aboutissement de ces revendications.

Fait à Libreville, le 30 Mai 2020
Pour le SYNATRASS, Le Secrétaire Eiécutif National
Roger ONDO ABESSOLO

Facebook Comments