Nous publions la déclaration du collectif de la presse privée gabonaise qui demande la mise à plat du Copil et la mise sur pieds d’un véritable comité de pilotage.

Mesdames et Messieurs

Nous vous le disions déjà lors de la première déclaration du jeudi 17 avril que le COPIL ne remplissait plus ses missions au regard des manquements observés au sein de ce comité technique et scientifique. Ainsi, il a perdu toute sa crédibilité sur le plan national et international en confondant un technicien, monteur et réalisateur  à un journaliste, le cas de Luc Levy qui se retrouve à présent accusé, méprisé, insulté par tout le monde sur les réseaux sociaux et sur les chaînes  de télévision par manque de prise en charge réelle au centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL).

A l’analyse des faits, il convient de dire que Luc Levy s’insurge contre  le mauvais traitement, l’abandon  et la non prise en compte de son cas, au bout de plusieurs jours comme les autres d’ailleurs, il a donc jugé utile de rentré chez lui par manque de soins appropriés et  à cause d’un COPIL qui cache la vérité aux gens. Aujourd’hui, sa vie privée a été mise à nue ce que refusait de faire le porte-parole avant, prétextant ne pas exposer la vie privée des malades du coronavirus.

Finalement, qu’est ce qui a motivé ce dernier de donner l’identité de Luc Levy ? Et pourquoi ne la t-il  pas  fait  pour les autres malades et surtout celui qui a agressé soit disant le médecin ? Heureusement que dans ce désordre du COPIL, Luc Levy à réussit à nous réaliser une vidéo qui relate le mauvais traitement des malades et du personnel médical, nous ne pouvons que lui dire merci et nous lui souhaitons et comme tous les autres malades un bon rétablissement.

Mesdames et Messieurs,

 Ces révélations  interviennent après celle du sujet malade d’Agondjé, et dont le site internet en ligne 7joursinfo titrait Covid- 19 : et si l’auteur du témoignage du CHUA d’Agondjé disait la vérité ? Il faut dire par là qu’il avait été le premier à dénoncer ce mauvais traitement.

Et comme si cela ne suffisait  pas, la photo de notre confrère et directeur de publication de Gabon info s’est retrouver le vendredi 17 avril sur les réseaux sociaux en une fraction de seconde soit disant, que c’était lui Luc Levy, véritable cacophonie, dont le seul but était de nuire à la corporation.

Mesdames et Messieurs,

Au regard de ce qui précède, nous demandons une mise à plat du COPIL suivi d’une recomposition de ce comité qui va désormais regrouper les techniciens, les chercheurs, et les représentants des médias afin d’éviter ce manque de professionnalisme  et de redorer le blason du COPIL, et pour ce faire nous demandons l’arbitrage du président de la République, Son Excellence   Ali Bongo Ondimba.

Je vous remercie .

Le porte-parole, Thierry Mebale Ekouaghe

Facebook Comments