Le dimanche 5 avril 2020 aux environs de 12h alors que beaucoup des gabonais sontben confinement dans leurs domiciles respectifs, certains responsables administratifs du CHUO ( Owendo) et leurs agents ont été convoqués manu militari par la Direction Générale au prétexte qu’une équipe des médecins militaires était arrivée pour soumettre le personnel aux tests de dépistage du coronavirus.

Arrivés sur place, grande a été leur surprise de constater qu’au lieu du dépistage tel indiqué par la direction générale, les responsables et leurs agents ont été reçu en entretien par des médecins de la santé militaire qui vont leurs informer séance tenante qu’à la suite des premiers prélèvements certains de leurs collègues ont été testés positifs. Mais de quel prélèvement parle t-on?
Raison évoquée, le personnel aurait été en contact direct avec des personnes infectées du COVID-19.

Ils seront tous confinés obligatoirement, pour soit disant limiter la propagation du virus. Un diagnostic qui surprend plus d’un. Alors que la journée du lundi 6 avril 2020, était prévue selon eux pour faire le dépistage afin de situer chacun sur son état de santé.
Arrivé au lieu du confinement (Hôtel Re ndama)depuis dimanche 5 jusqu’à ce jour aucun membre du groupe n’a été dépisté. Ne comprenant plus les raisons de leur confinement une semaine durant et à la veille du confinement général décidé par le gouvernement qui rentre en vigueur ce dimanche les confinés du CHUO demandent au comité de gestion du covid 19 le sort qui leur est réservé. Séparés de famille depuis une semaine ils ne savent plus à quel saint se vouer.
Sur le groupe des confinés, 7 responsables et agents 4 sont sortis ce vendredi 11 avril et les autres sont malheureusement encore confinés. Ils auraient utilisé leurs relations pour se retrouver en liberté.

Le gouvernement est appelé à se pencher sur cette question au floue artiste qui met en mal l’existence des ses concitoyens.

Facebook Comments