Le Coronavirusrus un test de dépistage permettant de déceler la présence du Covid-19 en 90 minutes vient d’être certifié en Russie, a annoncé le site officiel russe de la lutte contre le coronavirus. Les premiers tests produits serviront à effectuer 100.000 analyses par semaine, puis 200.000 sur le court terme.

Un nouveau test de dépistage du Covid-19 a reçu son certificat d’immatriculation à Novossibirsk, en Sibérie, a indiqué sur Telegram stopcoronavirus.rf, le site officiel consacré à la lutte contre le coronavirus en Russie.

«Les tests ont une sensibilité très élevée de 10 puissance 2. En outre, ils permettent de réduire considérablement le temps de préparation des échantillons, et le résultat peut être obtenu en 90 minutes», indique la publication.

La mise en service est prévue pour le 30 mars. Il est envisagé d’en produire 1.000 par semaine, chacun capable de réaliser 100 analyses. Cela permettra ainsi de tester 100.000 personnes en sept jours. Il est également prévu d’augmenter la production jusqu’à 2.000 tests par semaine.

Situation en Russie

Selon les données du 28 mars, 1.264 cas d’infection au nouveau coronavirus ont été confirmés à travers le pays, dont au moins 49 ont déjà guéri. Moscou a dénombré 817 personnes contaminées et quatre décès. Plus de 166.000 personnes se trouvent sous contrôle médical.

Des chercheurs russes ont trouvé les médicaments qui bloquent la duplication du coronavirus dans l’organisme

Une intelligence artificielle russe a permis de découvrir plusieurs médicaments déjà existants qui peuvent potentiellement empêcher la multiplication du nouveau coronavirus dans les cellules humaines.

À l’aide d’un réseau neuronal artificiel, les chercheurs russes de l’entreprise Gero ont identifié plusieurs médicaments ayant le potentiel d’empêcher le Covid-19 de se reproduire. Ils ont fait part de leur découverte mercredi 25 mars, mais ont indiqué que des tests en laboratoire doivent encore être faits.

«Nous invitons les entreprises pharmaceutiques et les organismes de soins de santé à collaborer à la mise en œuvre de ce projet», a déclaré le fondateur de l’entreprise, Piotr Fedichev.

Lui et ses collègues ont axé leur recherche sur les nouvelles particules du SRAS-CoV-2 dans les cellules humaines.

Ils ont ainsi pu mettre en évidence six médicaments qui pourraient supprimer les protéines responsables de la reproduction du virus. 12 autres avaient été retenus initialement mais certains font encore l’objet d’essais cliniques et d’autres ont été jugés dangereux pour les humains.

Grâce au développement de la puissance informatique et de l’émergence de nouveaux algorithmes d’apprentissage profond (ou deep learning), les scientifiques ont pu trouver de nouveaux moyens de traiter les maladies beaucoup plus rapidement. L’intelligence artificielle leur a ainsi permis d’analyser rapidement des milliers de médicaments et leurs effets sur les bactéries, les virus, les cellules cancéreuses ou encore les tissus défaillants.

Un médicament contre le coronavirus

Le 28 mars, le Centre de recherche et de production russe Pharmazachita a annoncé avoir créé un médicament pour traiter le Covid-19. Il s’agit du Méfloquine, un antipaludique qui «bloque l’effet cytopathique du coronavirus dans les cellules et inhibe sa réplication». Par ailleurs, un nouveau test de dépistage qui permet de déceler le virus en 90 minutes a été certifié en Russie. Il sera disponible dans le pays dès le lundi 30 mars et devrait permettre de tester 100.000 personnes en sept jours.

Facebook Comments