Libreville, le 29 mars 2020 – Le 13 mars 2020, faisant suite aux très hautes instructions du président de la République, chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, le gouvernement annonçait un ensemble de mesures préventives visant à empêcher la propagation du Covid-19 dans le pays. Au nombre desquelles la fermeture provisoire de tous les établissements scolaires, publics et privés, sur toute l’étendue du territoire national pour une période de 15 jours. C’est dans cette optique que nous avons pris un arrêté le 14 mars 2020.

Au terme de cette période de confinement, et prenant en compte les avis des scientifiques nationaux et internationaux, confortés par les prévisions de l’Organisation
mondiale de la santé (OMS) sur l’évolution de la pandémie, en Afrique notamment, nous avons décidé de prolonger, jusqu’à nouvel ordre, la fermeture des établissements
scolaires du pays. Ce prolongement nécessitera le réaménagement du calendrier scolaire, qui se fera sans compromettre l’organisation des examens de fin d’année.

C’est l’occasion de rappeler à l’ensemble des chefs d’établissement publics et privés, qu’aucune entrave à l’application de cette nouvelle mesure préventive ne sera tolérée. Cette situation inédite vient nous rappeler la nécessité urgente de développer des
méthodes d’enseignement alternatives et novatrices. Mais il apparaît, qu’en l’état actuel
de notre système éducatif, nous sommes loin de parvenir convenablement à la
satisfaction de cette exigence. Il est donc impérieux de remédier à cela avec le concours de différents partenaires. C’est dans cette optique que l’UNESCO et l’OIF avec ses
structures spécialisées nous accompagneront pour garantir un système d’enseignement
à distance équitable, utilisant différents canaux de diffusion. Car nous voulons prendre en compte tous les élèves quel que soit leur lieu de résidence sur l’ensemble du territoire.

C’est un défi qui prendra du temps.
J’invite donc l’ensemble des acteurs de la communauté éducative à davantage de patience et de solidarité. Car c’est ensemble que pourraient aboutir, pour le grand bien
de nos enfants, les solutions alternatives pédagogiques en période de confinement.

C’est l’occasion de saluer les partenaires et les familles pour leur civisme. Garder à domicile nos enfants durant ces 15 jours, conformément au principe de précaution, peut être difficile. Mais il n’y a pas d’autre choix. Le confinement et le respect des mesures barrières sont la solution. La seule solution. Il en va de la vie de nos enfants, de notre vie à tous et de l’avenir de notre pays.

Car n’oublions jamais : on peut rattraper des heures cours, mais pas une vie perdue…

Facebook Comments