Le ministre du travail en Charge du Dialogue social, Madeleine Berre a ouvert ce lundi 03 février 2020 dans un hôtel de la place la plénière tripartite sur le projet de révision du code du travail dont vont prendre part le gouvernement, les confédérations syndicales et le patronat.

Plus que jamais déterminer a mettre fin à cette crise dû au projet du code du travail, Madeleine Berre lors de son allocution s’est d’abord félicitée de l’engouement et a posé les jalons de ces échanges entre les travailleurs, le patronat et le gouvernement. « La consultation tripartite n’est pas une négociation, c’est une consultation, cette consultation signifie que c’est le gouvernement qui arbitre », a-t-elle déclaré.

En effet, durant une semaine le gouvernement, les confédérations syndicales et les confédérations patronales  vont présenter les différents points de désaccord, un langage sincère sur le projet de révision du code du travail doit primer.

Pour Madeleine Berre: » au sortir de ce conclave les parties qui ne trouveront pas satisfaction pourront toujours saisir l’OIT pour faire valoir leurs commentaires ».

En d’autres termes madame le ministre a recommandé de mettre en place un bureau tripartite dans le respect de la convention 144 de l’OIT, qu’il puisse avoir un dialogue tripartite qui va intervenir dans un climat constructif, efficace et responsable afin d’aboutir à un résultat de qualité.

Madeleine Berre a appelé les différents acteurs à une sérénité pendant ces discussions car les enjeux de la mise en place de ce code sont grands. Plus de 40% des jeunes de moins de 30 ans sont sans emplois.

Ces travaux vont s’étendre sur 5 jours et le bureau de la plénière sera composé à parité, gouvernement, travailleurs et patronat. Trois (3) co-présidents et trois (3) rapporteurs.

 

 

Facebook Comments