Contrairement à la sortie maladroite du porte-parole du gouvernement, la Coalition pour la Nouvelle République (CNR) estime pour sa part que l’enlèvement d’un seul enfant est un enlèvement de trop.

En effet, alors que les gabonais pensaient ces pratiques révolues, la CNR observe avec stupéfaction et indignation la résurgence des enlèvements et tentatives d’enlèvement d’enfants partout dans le pays, créant ainsi une psychose et un climat d’insécurité généralisés.

« Ces crimes, est-il besoin de le rappeler, participent des pratiques fétichistes et obscurentistes, caractère congénital principal du régime usurpateur émergent qui s’est imposé par la force des armes depuis 2016 et par la violation massive des droits humains », à déclaré Jean Ping dans son communiqué.

Selon toute vraisemblance, la recrudescence de ces pratiques à but fétichiste est liée à la réouverture par la chambre préliminaire de la CPI du dossier Gabon qui souligne le caractère imprescriptible des crimes de sang de 2016, notamment ceux perpétrés au QG de Jean Ping ; aux plaintes contre x et contre Nourredin Bongo Valentin et a la panique qui s’est emparée des tenants du régime après le passage du Secrétaire d’Etat Français aux Affaires Étrangères.

Facebook Comments