Suite au préavis de grève générale nationale d’avertissement déposé sur la table du premier ministre Julien Nkoghe Bekale et qui expire ce mercredi 22 janvier 2020, les confédérations syndicales des travailleurs du Gabon ont tenu une déclaration ce mardi 21 janvier 2020 au siège de la Confédération Gabonaise des Syndicats Libres (CGSL) situé au quartier cocotier dans le 2ème arrondissement de la commune de Libreville.

En effet, le gouvernement qui n’a pas encore jugé utile d’inviter les organisations signataires, toute chose qui s’apparente à un refus de dialogue, les confédérations syndicales des travailleurs réaffirment et confirment qu’une grève générale nationale, dite d’avertissement, sera observée du 23 janvier au 27 2020 à minuit par tous les travailleurs des secteurs d’activités du parapublique et du privée du Gabon pour contraindre le gouvernement à réviser la copie de son projet capitaliste et esclavagiste du code du travail.

Cette grève concerne tous les travailleurs des secteurs privés et parapubliques, sans distinction d’affiliation syndicale car ce n’est pas une affaire des syndicats, mais des travailleurs dont le quotidien est régi par le code du travail en partie ou en totalité.

Aussi, les confédérations syndicales des travailleurs demande aux travailleurs de tous les secteurs du privé et du parapublique à rester unis et mobilisés, en attendant le mot d’ordre de déclenchement de ladite grève d’avertissement, au cas où le gouvernement ne réagirait toujours pas.

 » Nous dénonçons le comportement antisyndical de plusieurs leaders des confédérations qui s’illustre par des messages de boycott, au mépris du principe de la solidarité syndicale, de la volonté des bases syndicales et des travailleurs » a déclaré Philippe Djoula, porte-parole et secrétaire général de la COSYGA.

Les confédérations syndicales des travailleurs du Gabon demande aux travailleurs de ne pas accorder de l’intérêt à ces messages des leaders dépassés en perte d’objectivité et de bon sens. Car c’est de l’avenir du travailleur gabonais dont il s’agit.

 

Facebook Comments